----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Eh bien ! au moment où , dans la Chambre du conseil de la Première , M . Popinot avait mis la dernière signature nécessaire au bas du jugement de non - lieu rendu sur mon rapport qui mettait en liberté Lucien de Rubempré ... Enfin , tout était fini ! le greffier emportait le plumitif , j' allais être quitte de cette affaire ... Voilà le président du tribunal qui entre et qui examine le jugement :
" " Vous élargissez un mort , me dit - il d' un air froidement railleur , ce jeune homme est allé , selon l' expression de M . de Bonald , devant son juge naturel . Il a succombé à l' apoplexie foudroyante ... "
" Je respirais en croyant à un accident .
" " Si je comprends , monsieur le président , a dit M . Popinot , il s' agirait alors de l' apoplexie de Pichegru ...
" - Messieurs , a repris le président de son air grave , sachez que , pour tout le monde , le jeune Lucien de Rubempré sera mort de la rupture d' un anévrisme . "
" Nous nous sommes tous entre - regardés .
" " De grands personnages sont mêlés à cette déplorable affaire , a dit le président . Dieu veuille , dans votre intérêt , monsieur Camusot , quoique vous n' ayez fait que votre devoir , que Mme de Sérizy ne reste pas folle du coup qu' elle a reçu ! on l' emporte quasi morte .
Je viens de rencontrer notre procureur général dans un état de désespoir qui m' a fait mal . Vous avez donné à gauche , mon cher Camusot ! " a - t - il ajouté en me parlant à l' oreille .
" Non , ma chère amie , en sortant , c' est à peine si je pouvais marcher . Mes jambes tremblaient tant , que je n' ai pas osé me hasarder dans la rue , et je suis allé me reposer dans mon cabinet . Coquart , qui rangeait le dossier de cette malheureuse instruction , m' a raconté qu' une belle dame avait pris la Conciergerie d' assaut , qu' elle avait voulu sauver la vie à Lucien de qui elle est folle , et qu' elle s' était évanouie en le trouvant pendu par sa cravate à la croisée de la Pistole .
L' idée que la manière dont j' ai interrogé ce malheureux jeune homme , qui , d' ailleurs , entre nous , était parfaitement coupable , a pu causer son suicide , m' a poursuivi depuis que j' ai quitté le Palais , et je suis toujours près de m' évanouir .
- Eh bien ! ne vas - tu pas te croire un assassin , parce qu' un prévenu se pend dans sa prison au moment où tu l' allais élargir ? ... s' écria Mme Camusot . Mais un juge d' instruction est alors comme un général qui a un cheval tué sous lui ! ... Voilà tout .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 800