----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Oui , madame la duchesse .
- Lucien de Rubempré est arrêté , votre mari instruit l' affaire , je garantis l' innocence de ce pauvre enfant , qu' il soit libre avant vingt - quatre heures . Ce n' est pas tout . Quelqu' un veut voir Lucien demain secrètement dans sa prison , votre mari pourra , s' il le veut , être présent pourvu qu' il ne se laisse pas apercevoir ... Je suis fidèle à ceux qui me servent , vous le savez .
Le Roi espère beaucoup du courage de ses magistrats dans les circonstances graves où il va se trouver bientôt ; je mettrai votre mari en avant , je le recommanderai comme un homme dévoué au Roi , fallût - il risquer sa tête .
Notre Camusot sera d' abord conseiller , puis premier président n' importe où ... Adieu ... je suis attendue , vous m' excusez , n' est - ce pas ? Vous n' obligez pas seulement le procureur général , qui dans cette affaire ne peut pas se prononcer ; vous sauvez encore la vie à une femme qui se meurt , à Mme de Sérizy .
Ainsi vous ne manquerez pas d' appuis ... Allons , vous voyez ma confiance , je n' ai pas besoin de vous recommander ... vous savez ! "
Elle se mit un doigt sur les lèvres et disparut .
" Et moi qui n' ai pas pu lui dire que la marquise d' Espard veut voir Lucien sur l' échafaud ! ... " pensait la femme du magistrat en regagnant son fiacre .
Elle arriva dans une telle anxiété qu' en la voyant le juge lui dit : " Amélie , qu' as - tu ? ...
- Nous sommes pris entre deux feux ... "
Elle raconta son entrevue avec la duchesse en parlant à l' oreille de son mari , tant elle craignait que sa femme de chambre n' écoutât à la porte .
" Laquelle des deux est la plus puissante ? dit - elle en terminant . La marquise a failli te compromettre dans la sotte affaire de la demande en interdiction de son mari , tandis que nous devons tout à la duchesse .
L' une m' a fait des promesses vagues ; tandis que l' autre a dit : " Vous serez conseiller d' abord , premier président ensuite ! ... " Dieu me garde de te donner un conseil , je ne me mêlerai jamais des affaires du Palais ; mais je dois te rapporter fidèlement ce qui se dit à la cour et ce qu' on y prépare ...

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 722