----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Troisième partie
Où MENENT LES MAUVAIS CHEMINS
Le lendemain , à six heures , deux voitures menées en poste et appelées par le peuple dans sa langue énergique des paniers à salade sortirent de la Force , pour se diriger sur la Conciergerie au Palais de Justice .
Il est peu de flâneurs qui n' aient rencontré cette geôle roulante ; mais , quoique la plupart des livres soient écrits uniquement pour les Parisiens , les étrangers seront sans doute satisfaits de trouver ici la description de ce formidable appareil de notre justice criminelle .
Qui sait ? les polices russe , allemande ou autrichienne , les magistratures des pays privés de paniers à salade en profiteront peut - être ; et , dans plusieurs contrées étrangères , l' imitation de ce mode de transport sera certainement un bienfait pour les prisonniers .
Cette ignoble voiture à caisse jaune , montée sur deux roues et doublée en tôle , est divisée en deux compartiments . Par - devant , il se trouve une banquette garnie de cuir sur laquelle se relève un tablier .
C' est la partie libre du panier à salade , elle est destinée à un huissier et à un gendarme . Une forte grille en fer treillissé sépare , dans toute la hauteur et la largeur de la voiture , cette espèce de cabriolet du second compartiment où sont deux bancs de bois placés , comme dans les omnibus , de chaque côté de la caisse et sur lesquels s' asseyent les prisonniers ; ils y sont introduits au moyen d' un marchepied et par une portière sans jour qui s' ouvre au fond de la voiture .
Ce surnom de panier à salade vient de ce que , primitivement , la voiture étant à claire - voie de tous côtés , les prisonniers devaient y être secoués absolument comme des salades .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 697