----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" Vous laissez Lucien se montrer dans la loge de Mlle Esther , disait le jeune duc en montrant et la loge et Lucien . Vous qui vous intéressez à lui , vous devriez l' avertir que cela ne se fait pas . On peut souper chez elle , on peut même y ... mais , en vérité , je ne m' étonne p us du refroidissement des Grandlieu pour ce garçon , je viens de le voir refusé à la porte , sur le perron ...
- Ces filles - là sont bien dangereuses , dit Mme de Sérizy qui tenait sa lorgnette braquée sur la loge d' Esther .
- Oui , dit le duc , autant pour ce qu' elles peuvent que pour ce qu' elles veulent ...
- Elles le ruineront ! dit Mme de Sérizy , car elles sont , m' a - t - on dit , aussi coûteuses quand on ne les paye pas que quand on les paye .
- Pas pour lui ! ... répondit le jeune duc en faisant l' étonné . Elles sont loin de lui coûter de l' argent , elles lui en donneraient au besoin , elles courent toutes après lui . "
La comtesse eut autour de la bouche un petit mouvement nerveux qui ne pouvait pas être compris dans la catégorie de ses sourires .
" Eh bien , dit Esther , viens souper à minuit . Amène Blondet et Rastignac . Ayons au moins deux personnes amusantes , et ne soyons pas plus de neuf .
- Il faudrait trouver un moyen d' envoyer chercher Europe par le baron , sous prétexte de prévenir Asie , et tu lui dirais ce qui vient de m' arriver , afin que Carlos en soit instruit avant d' avoir le nabab sous sa coupe .
- Ce sera fait " dit Esther .
Ainsi Peyrade allait probablement se trouver , sans le savoir , sous le même toit avec son adversaire . Le tigre venait dans l' antre du lion et d' un lion accompagné de ses gardes .
Quand Lucien rentra dans la loge de Mme de Sérizy , au lieu de tourner la tête vers lui , de lui sourire et de ranger sa robe pour lui faire place à côté d' elle , elle affecta de ne pas faire la moindre attention à celui qui entrait , elle continua de lorgner dans la salle ; mais Lucien s' aperçut au tremblement des jumelles que la comtesse était en proie à l' une de ces agitations formidables par lesquelles s' expient les bonheurs illicites .
Il n' en descendit pas moins sur le devant de la loge , à côté d' elle , et se campa dans l' angle opposé laissant entre la comtesse et lui un petit espace vide ; il s' appuya sur le bord de la loge , y mit son coude droit , et le menton sur sa main gantée ; puis , il se posa de trois quarts , attendant un mot .
Au milieu de l' acte , la comtesse ne lui avait encore rien dit , et ne l' avait pas encore regardé .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 653