----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Laissez - nous , dit Esther à M . de Nucingen quand elle le vit entrant avec Lucien , allez voir Mme du Val - Noble que j' aperçois dans une loge des troisièmes avec son nabab ... Il pousse bien des nababs dans les Indes , ajouta - t - elle en regardant Lucien d' un air d' intelligence .
- Et celui - là , dit Lucien en souriant , ressemble terriblement au vôtre .
- Et , dit Esther en répondant à Lucien par un autre signe d' intelligence tout en continuant de parler au baron , amenez - la - moi avec son nabab , il a grande envie de faire votre connaissance , on le dit puissamment riche .
La pauvre femme m' a déjà chanté je ne sais combien d' élégies , elle se plaint que ce nabab ne va pas ; et si vous le débarrassiez de son lest , il serait peut - être plus leste .
Fûs nus brenez tonc bir tes follères " , dit le baron .
" Qu' as - tu , mon Lucien ? ... dit - elle dans l' oreille de son ami en la lui effleurant avec ses lèvres dès que la porte de la loge fut fermée .
- Je suis perdu ! On vient de me refuser l' entrée de l' hôtel de Grandlieu , sous prétexte qu' il n' y avait personne , le duc et la duchesse y étaient , et cinq équipages piaffaient dans la cour ...
- Comment , le mariage manquerait ! dit Esther d' une voix émue , car elle entrevoyait le paradis .
- Je ne sais pas encore ce qui se trame contre moi ...
- Mon Lucien , lui répondit - elle d' une voix adorablement câline , pourquoi te chagriner ? tu feras un plus beau mariage plus tard ... Je te gagnerai deux terres ...
- Donne à souper , ce soir , afin que je puisse parler secrètement à Carlos , et surtout invite le faux Anglais et la Val - Noble . Ce nabab a causé ma ruine , il est notre ennemi , nous le tiendrons , et nous ... " Mais Lucien s' arrêta en faisant un geste de désespoir .
" Eh bien , qu' y a - t - il ? demanda la pauvre fille qui se sentait comme dans un brasier .
- Oh ! Mme de Sérizy me voit ! s' écria Lucien , et pour comble de malheur , le duc de Rhétoré , l' un des témoins de ma déconvenue , est avec elle . "
En effet , en ce moment même , le duc de Rhétoré jouait avec la douleur de la comtesse de Sérizy .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 652