----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

La mercuriale fut terminée par un coup de foudre . Le préfet annonça durement au pauvre Peyrade que non seulement son secours annuel était supprimé , mais encore qu' il serait , lui , l' objet d' une surveillance spéciale . Le vieillard reçut cette douche de l' air le plus calme du monde . Il n' y a rien d' immobile et d' impassible comme un homme foudroyé . Peyrade avait perdu tout son argent au jeu . Le père de Lydie comptait sur sa place , et il se voyait sans autre ressource que les aumônes de son ami Corentin .
" J' ai été préfet de police , je vous donne complètement raison , dit tranquillement le vieillard au fonctionnaire posé dans sa majesté judiciaire et qui fit alors un haut - le - corps assez significatif . Mais permettez - moi , sans vouloir en rien m' excuser , de vous faire observer que vous ne me connaissez point , reprit Peyrade en jetant une fine oeillade au préfet .
Vos paroles sont ou trop dures pour l' ancien commissaire général de police en Hollande , ou pas assez sévères pour un simple mouchard .
Seulement , monsieur le préfet , ajouta Peyrade après une pause en voyant que le préfet gardait le silence , souvenez - vous de ce que je vais avoir l' honneur de vous dire .
Sans que je me mêle en rien de votre police ni de ma justification , vous aurez l' occasion de voir que , dans cette affaire , il y a quelqu' un qu' on trompe : en ce moment , c' est votre serviteur , plus tard , vous direz : " C' était moi .
" "
Et il salua le préfet , qui resta pensif pour cacher son étonnement . Il revint chez lui les bras et les jambes cassés , saisi d' une rage froidie contre le baron de Nucingen . Cet épais financier pouvait seul avoir trahi un secret concentré dans les têtes de Contenson , de Peyrade et de Corentin .
Le vieillard accusa le banquier de vouloir se dispenser du paiement , une fois le but atteint . Une seule entrevue lui avait suffi pour deviner les astuces du plus astucieux des banquiers .
" Il liquide avec tout le monde , même avec nous , mais je me vengerai , se disait le bonhomme . Je n' ai jamais rien demandé à Corentin , je lui demanderai de m' aider à me venger de cette stupide caisse .
Sacré baron ! tu sauras de quel bois je me chauffe , en trouvant un matin ta fille déshonorée ... Mais aime - t - il sa fille ? "
Le soir de cette catastrophe qui renversait les espérances de ce vieillard , il avait pris dix ans de plus . En causant avec son ami Corentin , il entremêlait ses doléances de larmes arrachées par la perspective du triste avenir qu' il léguait à sa fille , son idole , sa perle , son offrande à Dieu .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 558