----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Après avoir savouré les bonheurs de sa paternité pendant quelques heures , Peyrade , les cheveux lavés et teints ( sa poudre était un déguisement ) , vêtu d' une bonne grosse redingote de drap bleu boutonnée jusqu' au menton , couvert d' un manteau noir , chaussé de grosses bottes à fortes semelles et muni d' une carte particulière , marchait à pas lents le long de l' avenue Gabriel , où Contenson , déguisé en vieille marchande des quatre - saisons , le rencontra devant les jardins de l' Élysée - Bourbon .
" Monsieur Saint - Germain , lui dit Contenson en donnant à son ancien chef son nom de guerre , vous m' avez fait gagner cinq cents faces ( francs ) ; mais si je suis venu me poster là , c' est pour vous dire que le damné baron , avant de me les donner , est allé prendre des renseignements à la maison ( la préfecture ) .
- J' aurai besoin de toi , sans doute , répondit Peyrade . Vois nos numéros 7 , 10 et 21 , nous pourrons employer ces hommes - là sans qu' on s' en aperçoive , ni à la Police , ni à la Préfecture . "
Contenson alla se replacer auprès de la voiture où M . de Nucingen attendait Peyrade .
" Je suis M . de Saint - Germain , dit le Méridional au baron , en s' élevant jusqu' à la portière .
- Hé pien , mondez afec moi , répondit le baron qui donna l' ordre de marcher vers l' arc de Triomphe de l' Étoile .
- Vous êtes allé à la Préfecture , monsieur le baron ? ce n' est pas bien ... Peut - on savoir ce que vous avez dit à M . le préfet , et ce qu' il vous a répondu ? demanda Peyrade .
- Affant te tonner sainte cente vrans à ein trôle gomme Gondenzon , ch' édais pien aisse te saffoir s' il lès affait cagnés ... Chai zimblement tidde au brevet de bolice que che zoubhaiddais ambloyer ein achent ti nom te Beyrate à l' édrancher tans eine mission téligade , et si che bouffais affoir en loui eine gonffiance ilimidée ... Le brevet m' a rébonti que visse édiez ein tes plis hapiles ômes et tes plis ônêdes .
C' esde tutte l' avvaire .
- Monsieur le baron veut - il me dire de quoi il s' agit , maintenant qu' on lui a révélé mon vrai nom ? ... "
Quand le baron eut expliqué longuement et verbeusement , dans son affreux patois de juif polonais , et sa rencontre avec Esther , et le cri du chasseur qui se trouvait derrière la voiture , et ses vains efforts , il conclut en racontant ce qui s' était passé la veille chez lui , le sourire échappé à Lucien de Rubempré , la croyance de Bianchon et de quelques dandies , relativement à une accointance entre l' inconnue et ce jeune homme .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 542