----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Or , comme toute la largeur de la chambre de Peyrade les séparait de l' escalier , les deux amis ne craignaient aucun regard , aucune oreille , en causant d' affaires dans ce cabinet fait exprès pour leur affreux métier . Par précaution , Peyrade avait mis un lit de paille , une thibaude et un tapis très épais dans la chambre de la Flamande , sous prétexte de rendre heureuse la nourrice de son enfant .
De plus , il avait condamné la cheminée , en se servant d' un poêle dont le tuyau sortait par le mur extérieur sur la rue Saint - Roch .
Enfin , il avait étendu sur le carreau plusieurs tapis , afin d' empêcher les locataires de l' étage inférieur de saisir aucun bruit . Expert en moyens d' espionnage , il sondait le mur mitoyen , le plafond et le plancher une fois par semaine , et les visitait comme un homme qui veut tuer des insectes importuns .
La certitude d' être là , sans témoins ni auditeurs , avait fait choisir ce cabinet à Corentin pour salle de délibération quand il ne délibérait pas chez lui .
Le logement de Corentin n' était connu que du directeur général de la Police du royaume et de Peyrade , il y recevait les personnages que le ministère ou le château prenaient pour intermédiaires dans les circonstances graves ; mais aucun agent , aucun homme en sous - ordre n' y venait , et il combinait les choses du métier chez Peyrade .
Dans cette chambre sans aucune apparence se tramèrent des plans , se prirent des résolutions qui fourniraient d' étranges annales et des drames curieux , si les murs pouvaient parler .
Là s' analysèrent , de 1816 à 1826 , d' immenses intérêts .
Là se découvrirent dans leur germe les événements qui devaient peser sur la France . Là , Peyrade et Corentin , aussi prévoyants , mais plus instruits que Bellart , le procureur général , se disaient dès 1819 : " Si Louis XVIII ne veut pas frapper tel ou tel coup , se défaire de tel prince , il exècre donc son frère ? il veut donc lui léguer une révolution ? "
La porte de Peyrade était ornée d' une ardoise sur laquelle il trouvait parfois des marques bizarres , des chiffres écrits à la craie . Cette espèce d' algèbre infernale offrait aux initiés des significations très claires .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 537