----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" Vous venez tard , dit Clotilde en souriant avec une grâce infinie à Lucien .
- Oui , j' ai dîné en ville .
- Vous allez beaucoup dans le monde depuis quelques jours , dit - elle en cachant sa jalousie et ses inquiétudes sous un sourire .
- Dans le monde ? ... reprit Lucien , non , j' ai seulement , par le plus grand des hasards , dîné toute la semaine chez des banquiers , aujourd' hui chez Nucingen , hier chez du Tillet , et avant - hier chez les Keller ... "
On voit que Lucien avait bien su prendre le ton de spirituelle impertinence des grands seigneurs .
" Vous avez bien des ennemis lui dit Clotilde en lui présentant ( et avec quelle grâce ! ) une tasse de thé . On est venu dire à mon père que vous jouissiez de soixante mille francs de dettes , que d' ici à quelque temps vous auriez Sainte - Pélagie pour château de plaisance .
Et si vous saviez ce que toutes ces calomnies me valent . . Tout cela tombe sur moi . Je ne vous parle pas de ce que je souffre ( mon père a des regards qui me crucifient ) , mais de ce que vous devez souffrir , si cela se trouvait , le moins du monde , vrai ...
- Ne vous préoccupez point de ces niaiseries , aimez - moi comme je vous aime , et faites - moi crédit de quelques mois , répondit Lucien en replaçant sa tasse vide sur le plateau d' argent ciselé .
- Ne vous montrez pas à mon père , il vous dirait quelque impertinence : et , comme vous ne la souffririez pas , nous serions perdus ... Cette méchante marquise d' Espard lui a dit que votre mère avait gardé les femmes en couches , et que votre soeur était repasseuse ...
- Nous avons été dans la plus profonde misère , répondit Lucien à qui des larmes vinrent aux yeux . Ceci n' est pas de la calomnie , mais de la bonne médisance . Aujourd' hui ma soeur est plus que millionnaire , et ma mère est morte depuis deux ans ... On avait réservé ces renseignements pour le moment où je serais sur le point de réussir ici ...
- Mais qu' avez - vous fait à Mme d' Espard ?

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 513