----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Ne blasphémez pas , dit l' ecclésiastique d' une voix douce . Personne ne peut ressembler à Dieu ; l' exagération va mal au véritable amour , vous n' aviez pas pour votre idole un amour pur et vrai . Si vous aviez éprouvé le changement que vous vous vantez d' avoir subi , vous eussiez acquis les vertus qui sont l' apanage de l' adolescence , vous auriez connu les délices de la chasteté , les délicatesses de la pudeur , ces deux gloires de la jeune fille .
Vous n' aimez pas .
"
Esther fit un geste d' effroi que vit le prêtre , et qui n' ébranla point l' impassibilité de ce confesseur .
" Oui , vous l' aimez pour vous et non pour lui , pour les plaisirs temporels qui vous charment , et non pour l' amour en lui - même ; si vous vous en êtes emparée ainsi , vous n' aviez pas ce tremblement sacré qu' inspire un être sur qui Dieu a mis le cachet des plus adorables perfections : avez - vous songé que vous le dégradiez par votre impureté passée , que vous alliez corrompre un enfant par ces épouvantables délices qui vous ont mérité votre surnom , glorieux d' infamie ? Vous avez été inconséquente avec vous - même et avec votre passion d' un jour ...
- D' un jour ! répéta - t - elle en levant les yeux .
- De quel nom appeler un amour qui n' est pas éternel , qui ne nous unit pas , jusque dans l' avenir du chrétien , avec celui que nous aimons ?
- Ah ! je veux être catholique , cria - t - elle d' un ton sourd et violent qui lui eût obtenu sa grâce de Notre Sauveur .
- Est - ce une fille qui n' a reçu ni le baptême de l' Église ni celui de la science , qui ne sait ni lire , ni écrire , ni prier , qui ne peut faire un pas sans que les pavés ne se lèvent pour l' accuser , remarquable seulement par le fugitif privilège d' une beauté que la maladie enlèvera demain peut - être ; est - ce cette créature avilie , dégradée , et qui connaissait sa dégradation ... ( ignorante et moins aimante , vous eussiez été plus excusable ... ) est - ce la proie future du suicide et de l' enfer , qui pouvait être la femme de Lucien de Rubempré ? "

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 454