----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

En nommant Dieu le créateur , vous le rapetissez ; il n' a créé , comme vous le pensez , ni les plantes , ni les animaux , ni les astres ; pouvait - il procéder par plusieurs moyens ? n' a - t - il pas agi par l' unité de composition ? Aussi , a - t - il donné des principes qui devaient se développer , selon sa loi générale , au gré des milieux où ils se trouveraient . Donc , une seule substance et le mouvement ; une seule plante , un seul animal , mais des rapports continus .
En effet , toutes les affinités sont liées par des similitudes contiguës , et la vie des mondes est attirée vers des centres par une aspiration affamée , comme vous êtes poussés tous par la faim à vous nourrir .
Pour vous donner un exemple des affinités liées à des similitudes , loi secondaire sur laquelle reposent les créations de votre pensée , la musique , art céleste , est la mise en oeuvre de ce principe : n' est - elle pas un ensemble de sons harmoniés par le Nombre ? Le son n' est - il pas une modification de l' air , comprimé , dilaté , répercuté ? Vous connaissez la composition de l' air : azote , oxygène et carbone .
Comme vous n' obtenez pas de son dans le vide , il est clair que la musique et la voix humaine sont le résultat de substances chimiques organisées qui se mettent à l' unisson des mêmes substances préparées en vous par votre pensée , coordonnées au moyen de la lumière , la grande nourrice de votre globe : avez - vous pu contempler les amas de nitre déposés par les neiges , avez - vous pu voir les décharges de la foudre et les plantes aspirant dans l' air les métaux qu' elles contiennent sans conclure que le soleil met en fusion et distribue la subtile essence qui nourrit tout ici = bas ? Comme l' a dit Swedenborg , la terre est un homme ! Vos sciences actuelles ce qui vous fait grands à vos propres yeux , sont des misères auprès des lueurs dont sont inondés les Voyants .
Cessez , cessez de m' interroger , nos langages sont différents .
Je me suis un moment servi du vôtre pour vous jeter un éclair de foi dans l' âme , pour vous donner un pan de mon manteau , et vous entraîner dans les belles régions de la Prière .
Est - ce à Dieu de s' abaisser à vous ? n' est - ce pas vous qui devez vous élever à lui ? Si la raison humaine a sitôt épuisé l' échelle de ses forces en y étendant Dieu pour se le démontrer sans y parvenir , n' est - il pas évident qu' il faut chercher une autre voie pour le connaître ? Cette voie est en nous - mêmes .
Le Voyant et le Croyant trouvent en eux des yeux plus perçants que ne le sont les yeux appliqués aux choses de la terre , et aperçoivent une Aurore .

SERAPHITA (XI, philo)
Page: 827