----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Il faudrait avoir sa trace ? ...
- Tu l' auras par Manon - la - Blonde , répondit Jacques .
- C' est à nous , ce soir ! répliqua la tante . Tu es plus pressé qu' un coq ! Il y a donc gras ?
- Je veux surpasser par mes premiers coups tout ce qu' a fait de mieux Bibi - Lupin . J' ai eu mon petit bout de conversation avec le monstre qui m' a tué Lucien , et je ne vis que pour me venger de lui ! Nous serons , grâce à nos deux positions , également armés , également protégés ! Il me faudra plusieurs années pour atteindre ce misérable ; mais il recevra le coup en pleine poitrine .
- Il a dû te promettre le même chien de sa chienne , dit la tante , car il a recueilli chez lui la fille de Peyrade , tu sais , cette petite qu' on a vendue à Mme Nourrisson .
- Notre premier point , c' est de lui donner un domestique .
- Ce sera difficile , il doit s' y connaître ! fit Jacqueline .
- Allons ! la haine fait vivre ! qu' on travaille ! "
Jacques Collin prit un fiacre et alla sur - le - champ au quai Malaquais , dans la petite chambre où il logeait et qui ne dépendait pas de l' appartement de Lucien .
Le portier , très étonné de le revoir , voulut lui parler des événements qui s' étaient accomplis .
" Je sais tout , lui dit l' abbé . J' ai été compromis malgré la sainteté de mon caractère , mais , grâce à l' intervention de l' ambassadeur d' Espagne , j' ai été mis en liberté . "
Et il monta vivement à sa chambre , où il prit , dans la couverture d' un bréviaire , une lettre que Lucien avait adressée à Mme de Sérizy , quand Mme de Sérizy l' avait mis en disgrâce , en le voyant aux Italiens avec Esther .
Dans son désespoir , Lucien s' était dispensé d' envoyer cette lettre , en se croyant à jamais perdu ; mais Jacques Collin avait lu ce chef - d' oeuvre , et , comme tout ce qu' écrivait Lucien était sacré pour lui , il avait serré la lettre dans son bréviaire , à cause des expressions poétiques de cet amour de vanité .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 932