----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Ils sont mérités ! Comment , vous avez trompé Peyrade , il vous a pris pour un officier de paix , lui ! ... Tenez , si vous n' aviez pas eu ce petit imbécile à défendre , vous nous auriez rossés ...
- Ah ! monsieur , vous oubliez Contenson déguisé en mulâtre ... et Peyrade en Anglais . Les acteurs ont les ressources du théâtre ; mais être ainsi parfait au grand jour , à toute heure , il n' y a que vous et les vôtres ...
- Eh bien ! voyons , dit Corentin , nous sommes persuadés , l' un et l' autre , de notre valeur , de nos mérites . Nous voilà tous deux là , bien seuls ; moi je suis sans mon vieil ami , vous sans votre jeune protégé .
Je suis le plus fort pour le moment , pourquoi ne ferions - nous pas comme dans L' Auberge des Adrets ? Je vous tends la main , en vous disant : " Embrassons - nous et que cela finisse . " Je vous offre , en présence de M .
le procureur général , des lettres de grâce pleine et entière , et vous serez un des miens , le premier , après moi , peut - être mon successeur .
- Ainsi , c' est une position que vous m' offrez ? ... dit Jacques Collin . Une jolie position ! Je passe de la brune à la blonde ...
- Vous serez dans une sphère où vos talents seront bien appréciés , bien récompensés , et vous agirez à votre aise . La police politique et gouvernementale a ses périls . J' ai déjà , tel que vous me voyez , été deux fois emprisonné ... je ne m' en porte pas plus mal .
Mais , on voyage ! on est tout ce qu' on veut être ... On est le machiniste des drames politiques , on est traité poliment par les grands seigneurs ... Voyez , mon cher Jacques Collin , cela vous va - t - il ? ...
- Avez - vous des ordres à cet égard , lui dit le forçat .
- J' ai plein pouvoir ... répliqua Corentin tout heureux de cette inspiration .
- Vous badinez , vous êtes un homme très fort , vous pouvez bien admettre qu' on se puisse défier de vous ... Vous avez vendu plus d' un homme en le liant dans un sac et l' y faisant entrer de lui - même ... Je connais vos belles batailles , l' affaire Montauran , l' affaire Simeuse ... Ah ! c' est les batailles de Marengo de l' espionnage .
- Eh bien ! dit Corentin , vous avez de l' estime pour M . le procureur général ?

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 919