----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Je pleure maintenant , parce que je sens que vous me comprenez ... Je vous ai vu là , tout à l' heure , posé en Justice ... Ah ! monsieur , que Dieu ... ( je commence à croire en lui ! ) que Dieu vous préserve d' être comme je suis ... Ce sacré juge m' a ôté mon âme . Monsieur ! monsieur ! on enterre en ce moment ma vie , ma beauté , ma vertu , ma conscience , toute ma force ! Figurez - vous un chien à qui un chimiste soutire le sang ... Me voilà ! je suis ce chien ... Voilà pourquoi je suis venu vous dire : " Je suis Jacques Collin , je me rends ! ... " J' avais résolu cela ce matin quand on est venu m' arracher ce corps que je baisais comme un insensé , comme une mère , comme la Vierge a dû baiser Jésus au tombeau ... Je voulais me mettre au service de la Justice sans conditions ... Maintenant , je dois en faire , vous allez savoir pourquoi ...
- Parlez - vous à M . de Grandville ou au procureur général ? " dit le magistrat .
Ces deux hommes , le CRIME et la JUSTICE , se regardèrent . Le forçat avait profondément ému le magistrat qui fut pris d' une pitié divine pour ce malheureux , il devina sa vie et ses sentiments . Enfin , le magistrat ( un magistrat est toujours magistrat ) , à qui la conduite de Jacques Collin depuis son évasion était inconnue , pensa qu' il pourrait se rendre maître de ce criminel , uniquement coupable d' un faux après tout .
Et il voulut essayer de la générosité sur cette nature composée , comme le bronze , de divers métaux , de bien et de mal .
Puis M . de Grandville , arrivé à cinquante - trois ans sans avoir pu jamais inspirer l' amour , admirait les natures tendres , comme tous les hommes qui n' ont pas été aimés .
Peut - être ce désespoir , le lot de beaucoup d' hommes à qui les femmes n' accordent que leur estime ou leur amitié , était - il le lien secret de l' intimité profonde de MM .
de Bauvan , de Grandville et de Sérizy ; car un même malheur , tout aussi bien qu' un bonheur mutuel , met les âmes au même diapason .
" Vous avez un avenir ! ... " dit le procureur général en jetant un regard d' inquisiteur sur ce scélérat abattu .
L' homme fit un geste par lequel il exprima la plus profonde indifférence de lui - même .
" Lucien laisse un testament par lequel il vous lègue trois cent mille francs ...

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 899