----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Vous n' avez pas besoin de cette recommandation , dit le duc à Mme Camusot . Les Grandlieu se souviennent toujours des services qu' on leur a rendus . Les gens du Roi vont dans quelque temps avoir l' occasion de se distinguer , on leur demandera du dévouement , votre mari sera mis sur la brèche ... " Mme Camusot se retira fière , heureuse , gonflée à étouffer . Elle revint chez elle triomphante , elle s' admirait , elle se moquait de l' inimitié du procureur général . Elle se disait : " Si nous faisions sauter M . de Grandville ! "
Il était temps que Mme Camusot se retirât . Le duc de Chaulieu , l' un des favoris du Roi , se rencontra sur le perron avec cette bourgeoise .
" Henri , s' écria le duc de Grandlieu quand il entendit annoncer son ami , cours , je t' en prie , au château , tâche de parler au Roi , voici de quoi il s' agit . " Et il emmena le duc dans l' embrasure de la fenêtre , où il s' était entretenu déjà avec la légère et gracieuse Diane .
De temps en temps le duc de Chaulieu regardait à la dérobée la folle duchesse , qui , tout en causant avec la duchesse pieuse et se laissant sermonner , répondait aux oeillades du duc de Chaulieu .
" Chère enfant , dit enfin le duc de Chaulieu dont l' aparté se termina , soyez donc sage ! Voyons ! ajouta - t - il en prenant les mains de Diane , gardez donc les convenances , ne vous compromettez plus , n' écrivez jamais ! Les lettres , ma chère , ont causé tout autant de malheurs particuliers que de malheurs publics ... Ce qui serait pardonnable à une jeune fille comme Clotilde , aimant pour la première fois , est sans excuse chez ...
- Un vieux grenadier qui a vu le feu ! " dit la duchesse en faisant la moue au duc .
Ce mouvement de physionomie et la plaisanterie amenèrent le sourire sur les visages désolés des deux ducs et de la pieuse duchesse elle - même .
" Voilà quatre ans que je n' ai écrit de billets doux ! ... Sommes - nous sauvées ? demanda Diane qui cachait ses anxiétés sous ses enfantillages .
- Pas encore ! dit le duc de Chaulieu , car vous ne savez pas combien les actes arbitraires sont difficiles à commettre . C' est , pour un roi constitutionnel , comme une infidélité pour une femme mariée . C' est son adultère .
- Son péché mignon ! dit le duc de Grandlieu .
- Le fruit défendu ! reprit Diane en souriant . Oh ! comme je voudrais être gouvernement ; car je n' en ai plus , moi , de ce fruit , j' ai tout mangé .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 884