----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Mon affaire est faite , reprit l' assassin que Jacques Collin avait emmené dans un coin . J' ai besoin maintenant d' un ami sûr .
- Et pourquoi ? "
La Pouraille , après avoir raconté tous ses crimes à son chef , mais en argot , lui détailla l' assassinat et le vol commis chez les époux Crottat .
" Tu as mon estime , lui dit Jacques Collin . C' est bien travaillé ; mais tu me parais coupable d' une faute ...
- Laquelle ?
- Une fois l' affaire faite , tu devais avoir un passeport russe , te déguiser en prince russe , acheter une belle voiture armoriée , aller déposer hardiment ton or chez un banquier , demander une lettre de crédit pour Hambourg , prendre la poste , accompagné d' un valet de chambre , d' une femme de chambre et de ta maîtresse habillée en princesse ; puis , à Hambourg , t' embarquer pour le Mexique .
Avec deux cent quatre - vingt mille francs en or , un gaillard d' esprit doit faire ce qu' il veut , et aller où il veut ! sinve !
- Ah ! tu as de ces idées - là , parce que tu es le Dab ! ... Tu ne perds jamais la sorbonne , toi ! Mais moi ?
- Enfin , un bon conseil dans ta position , c' est du bouillon pour un mort , reprit Jacques Collin en jetant un regard fascinateur à son Fanandel .
- C' est vrai ! dit avec un air de doute La Pouraille . Donne - le - moi toujours , ton bouillon ; s' il ne me nourrit pas , je m' en ferai un bain de pieds ...
- Te voilà pris par la Cigogne , avec cinq vols qualifiés , trois assassinats , dont le plus récent concerne deux riches bourgeois . Les jurés n' aiment pas qu' on tue des bourgeois ... Tu seras gerbé à la passe , et tu n' as pas le moindre espoir ! ...
- Ils m' ont tous dit cela , répondit piteusement La Pouraille .
- Ma tante Jacqueline , avec qui je viens d' avoir un petit bout de conversation en plein greffe , et qui est , tu le sais , la mère aux Fanandels , m' a dit que la Cigogne voulait se défaire de toi , tant elle te craignait .
- Mais , dit La Pouraille avec une naïveté qui prouve combien les voleurs sont pénétrés du droit naturel de voler , je suis riche à présent , que craignent - ils ?

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 866