----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

L' instruction commença sur - le - champ . Avec de si faibles éléments , il était impossible , en style de Parquet , d' en tirer une condamnation à mort . Jamais Calvi ne se démentit . Il ne se coupa jamais : il dit qu' une femme de la campagne lui avait vendu ces objets à Argenteuil , et , qu' après les lui avoir achetés , le bruit de l' assassinat commis à Nanterre l' avait éclairé sur le danger de posséder ces couverts , cette montre et ces bijoux , qui , d' ailleurs , ayant été désignés dans l' inventaire fait après le décès du marchand de vin de Paris , oncle de la veuve Pigeau , se trouvaient être les objets volés .
Enfin , forcé par la misère de vendre ces objets , disait - il , il avait voulu s' en défaire en employant une personne non compromise .
On ne put rien obtenir de plus du forçat libéré , qui sut , par son silence et par sa fermeté , faire croire à la justice que le marchand de vin de Nanterre avait commis le crime , et que la femme de qui il tenait les choses compromettantes était l' épouse de ce marchand .
Le malheureux parent de la veuve Pigeau et sa femme furent arrêtés ; mais , après huit jours de détention et une enquête scrupuleuse , il fut établi que ni le mari ni la femme n' avaient quitté leur établissement à l' époque du crime .
D' ailleurs , Calvi ne reconnut pas dans l' épouse du marchand de vin la femme qui , selon lui , lui aurait vendu l' argenterie et les bijoux .
Comme la concubine de Calvi , impliquée dans le procès , fut convaincue d' avoir dépensé mille francs environ , depuis l' époque du crime jusqu' au moment où Calvi voulut engager l' argenterie et les bijoux , de telles preuves parurent suffisantes pour faire envoyer aux assises le forçat et sa concubine .
Cet assassinat étant le dix - huitième commis par Théodore , il fut condamné à mort , car il parut être l' auteur de ce crime si habilement commis .
S' il ne reconnut pas la marchande de vin de Nanterre , il fut reconnu par la femme et par le mari . L' instruction avait établi , par de nombreux témoignages , le séjour de Théodore à Nanterre pendant environ un mois ; il y avait servi les maçons , la figure enfarinée de plâtre et mal vêtu .
à Nanterre , chacun donnait dix - huit ans à ce garçon , qui devait avoir nourri ce poupon ( comploté , préparé ce crime ) pendant un mois .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 855