----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Le Parquet est souverain ; il ne dépend de personne , il ne relève que de sa conscience . La prison appartient au Parquet , il en est le maître absolu . La poésie s' est emparée de ce sujet social , éminemment propre à frapper les imaginations , le Condamné à mort ! La poésie a été sublime , la prose n' a d' autre ressource que le réel , mais le réel est assez terrible comme il est pour pouvoir lutter avec le lyrisme .
La vie du condamné à mort qui n' a pas avoué ses crimes ou ses complices est livrée à d' affreuses tortures . Il ne s' agit ici ni de brodequins qui brisent les pieds , ni d' eau ingurgitée dans l' estomac , ni de la distension des membres au moyen d' affreuses machines ; mais d' une torture sournoise et pour ainsi dire négative .
Le Parquet livre le condamné tout à lui - même , il le laisse dans le silence et dans les ténèbres , avec un compagnon ( un mouton ) dont il doit se défier .
L' aimable philanthropie moderne croit avoir deviné l' atroce supplice de l' isolement , elle se trompe . Depuis l' abolition de la torture , le Parquet , dans le désir bien naturel de rassurer les consciences déjà bien délicates des jurés , avait deviné les ressources terribles que la solitude donne à la justice contre le remords .
La solitude , c' est le vide ; et la nature morale en a tout autant d' horreur que la nature physique .
La solitude n' est habitable que pour l' homme de génie qui la remplit de ses idées , filles du monde spirituel , ou pour le contemplateur des oeuvres divines qui la trouve illuminée par le jour du ciel , animée par le souffle et par la voix de Dieu .
Hormis ces deux hommes , si voisins du paradis , la solitude est à la torture ce que le moral est au physique . Entre la solitude et la torture il y a toute la différence de la maladie nerveuse à la maladie chirurgicale .
C' est la souffrance multipliée par l' infini . Le corps touche à l' infini par le système nerveux , comme l' esprit y pénètre par la pensée .
Aussi , dans les annales du Parquet de Paris , compte - t - on les criminels qui n' avouent pas .
Cette sinistre situation , qui prend des proportions énormes dans certains cas , en politique par exemple , lorsqu' il s' agit d' une dynastie ou de l' État , aura son histoire à sa place dans La Comédie humaine .
Mais ici la description de la boîte en pierre , où , sous la Restauration , le Parquet de Paris gardait le condamné à mort , peut suffire à faire entrevoir l' horreur des derniers jours d' un suppliciable .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 849