----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

De là l' acharnement constant de ce fameux chef de la police de sûreté contre Jacques Collin . De là provenaient aussi certains compromis entre Bibi - Lupin et ses anciens camarades , dont commençaient à se préoccuper les magistrats .
Donc , dans son désir de vengeance , auquel le juge d' instruction avait donné pleine carrière par la nécessité d' établir l' identité de Jacques Collin , le chef de la police de Sûreté avait très habilement choisi ses aides en lançant sur le faux Espagnol La Pouraille , Fil - de - Soie et le Biffon , car La Pouraille appartenait aux Dix - Mille , ainsi que Fil - de - Soie , et le Biffon était un Grand Fanandel .
La Biffe , cette redoutable largue du Biffon , qui se dérobe encore à toutes les recherches de la police à la faveur de ses déguisements en femme comme il faut , était libre . Cette femme , qui sait admirablement faire la marquise , la baronne , la comtesse , a voiture et des gens .
Cette espèce de Jacques Collin en jupon est la seule femme comparable à cette Asie , le bras droit de Jacques Collin . Chacun des héros du bagne est , en effet , doublé d' une femme dévouée .
Les fastes judiciaires , la chronique secrète du Palais vous le diront : aucune passion d' honnête femme , pas même celle d' une dévote pour son directeur , rien ne surpasse l' attachement de la maîtresse qui partage les périls des grands criminels .
La passion est presque toujours , chez ces gens , la raison primitive de leurs audacieuses entreprises , de leurs assassinats . L' amour excessif qui les entraîne , constitutionnellement , disent les médecins , vers la femme , emploie toutes les forces morales et physiques de ces hommes énergiques .
De là , l' oisiveté qui dévore les journées ; car les excès en amour exigent et du repos et des repas réparateurs .
De là , cette haine de tout travail , qui force ces gens à recourir à des moyens rapides pour se procurer de l' argent . Néanmoins , la nécessité de vivre , et de bien vivre , déjà si violente , est peu de chose en comparaison des prodigalités inspirées par la fille à qui ces généreux Médor veulent donner des bijoux , des robes , et qui , toujours gourmande , aime la bonne chère .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 833