----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Les deux premières arcades de ce côté du préau , qui fait face à la magnifique galerie byzantine , seul vestige de l' élégance du palais de saint Louis , sont prises par un parloir où confèrent les avocats et les accusés , et où les prisonniers parviennent au moyen d' un guichet formidable , composé d' une double voie tracée par des barreaux énormes , et comprise dans l' espace de la troisième arcade . Ce double chemin ressemble à ces rues momentanément créées à la porte des théâtres par des barrières pour contenir la queue , lors des grands succès .
Ce parloir , situé au bout de l' immense salle du guichet actuel de la Conciergerie , éclairé sur le préau par des hottes , vient d' être mis à jour par des châssis vitrés du côté du guichet , en sorte qu' on y surveille les avocats en conférence avec leurs clients .
Cette innovation a été nécessitée par les trop fortes séductions que de jolies femmes exerçaient sur leurs défenseurs .
On ne sait plus où s' arrêtera la morale ? ... ses précautions ressemblent à ces examens de conscience tout faits , où les imaginations pures se dépravent en réfléchissant à des monstruosités ignorées .
Dans ce parloir ont également lieu les entrevues des parents et des amis à qui la police permet de voir des prisonniers , accusés ou détenus .
On doit maintenant comprendre ce qu' est le préau pour les deux cents prisonniers de la Conciergerie ; c' est leur jardin , un jardin sans arbres , ni terre , ni fleurs , un préau enfin ! Les annexes du parloir et de la pierre de saint Louis , sur laquelle se distribuent les comestibles et les liquides autorisés , constituent l' unique communication possible avec le monde extérieur .
Les moments passés au préau sont les seuls pendant lesquels le prisonnier se trouve à l' air et en compagnie ; néanmoins , dans les autres prisons , les autres détenus sont réunis dans les ateliers du travail , mais , à la Conciergerie , on ne peut se livrer à aucune occupation , à moins d' être à la pistole .
Là , le drame de la cour d' assises préoccupe d' ailleurs tous les esprits , puisqu' on ne vient là que pour subir ou l' instruction ou le jugement .
Cette cour présente un affreux spectacle ; on ne peut se le figurer , il faut le voir , ou l' avoir vu .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 824