----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Eh bien , la famille de Grandlieu a envoyé chez votre beau - frère un des plus respectables avoués de Paris pour y prendre des renseignements . à Angoulême , l' avoué , d' après les aveux mêmes de votre soeur et de votre beau - frère , a su que non seulement ils vous avaient prêté peu de chose , mais encore que leur héritage se composait d' immeubles , assez importants il est vrai , mais la somme des capitaux s' élevait à peine à deux cent mille francs ... Vous ne devez pas trouver étrange qu' une famille comme celle de Grandlieu recule devant une fortune dont l' origine ne se justifie pas ... Voilà , monsieur , où vous a conduit un mensonge ... "
Lucien fut glacé par cette révélation , et le peu de force d' esprit qu' il conservait l' abandonna .
" La police et la justice savent tout ce qu' elles veulent savoir , dit Camusot , songez bien à ceci . Maintenant , reprit - il en pensant à la qualité de père que s' était donné Jacques Collin , connaissez - vous qui est ce prétendu Carlos Herrera ?
- Oui , monsieur , mais je l' ai su trop tard ...
- Comment , trop tard ? Expliquez - vous !
- Ce n' est pas un prêtre , ce n' est pas un Espagnol , c' est ...
- Un forçat évadé , dit vivement le juge .
- Oui , répondit Lucien . Quand le fatal secret me fut révélé , j' étais son obligé , j' avais cru me lier avec un respectable ecclésiastique ...
- Jacques Collin ... dit le juge en commençant une phrase .
- Oui , Jacques Collin , répéta Lucien , c' est son nom .
- Bien . Jacques Collin , reprit M . Camusot , vient d' être reconnu tout à l' heure par une personne , et s' il nie encore son identité , c' est , je crois , dans votre intérêt . Mais je vous demandais si vous saviez qui est cet homme dans le but de relever une autre imposture de Jacques Collin . "
Lucien eut aussitôt comme un fer rouge dans les entrailles en entendant cette terrifiante observation .
" Ignorez - vous , dit le juge en continuant , qu' il prétend être votre père pour justifier l' extraordinaire affection dont vous êtes l' objet ?
- Lui ! mon père ! ... oh ! monsieur ! ... il a dit cela !
- Soupçonnez - vous d' où provenaient les sommes qu' il vous remettait ; car , s' il faut en croire la lettre que vous avez entre les mains , la demoiselle Esther , cette pauvre fille , vous aurait rendu plus tard les mêmes services que la demoiselle Coralie ; mais vous êtes resté , comme vous venez de le dire , pendant quelques années à vivre , et très splendidement , sans rien recevoir d' elle .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 772