----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Or , la justice a des raisons de croire qu' une personne qui vous aime , autant que vous aimait cette demoiselle Esther , s' est permis ce crime à votre profit ... Ne m' interrompez pas , dit Camusot en imposant par un geste silence à Lucien qui voulait parler , je ne vous interroge pas encore . Je veux vous faire comprendre combien votre honneur est intéressé dans cette question . Abandonnez le faux , le misérable point d' honneur qui lie entre eux les complices , et dites toute la vérité ? "
On a dû déjà remarquer l' excessive disproportion des armes dans cette lutte entre les prévenus et les juges d' instruction . Certes la négation habilement maniée a pour elle l' absolu de sa forme et suffit à la défense du criminel ; mais c' est en quelque sorte une panoplie qui devient écrasante quand le stylet de l' interrogation y trouve un joint .
Dès que la dénégation est insuffisante contre certains faits évidents , le prévenu se trouve entièrement à la discrétion du juge .
Supposez maintenant un demi - criminel , comme Lucien , qui , sauvé d' un premier naufrage de sa vertu , pourrait s' amender et devenir utile à son pays , il périra dans les traquenards de l' instruction .
Le juge rédige un procès - verbal très sec , une analyse fidèle des questions et des réponses ; mais de ses discours insidieusement paternels , de ses remontrances captieuses dans le genre de celle - ci , rien n' en reste .
Les juges de la juridiction supérieure et les jurés voient les résultats sans connaître les moyens . Aussi , selon quelques bons esprits , le jury serait - il excellent , comme en Angleterre , pour procéder à l' instruction .
La France a joui de ce système pendant un certain temps . Sous le code de brumaire an IV , cette institution s' appelait le jury d' accusation par opposition au jury de jugement .
Quant au procès définitif , si l' on en revenait aux jurys d' accusation , il devrait être attribué aux cours royales , sans concours de jurés .
" Maintenant , dit Camusot après une pause , comment vous appelez - vous ? Monsieur Coquart , attention ! ... dit - il au greffier .
- Lucien Chardon de Rubempré .
- Vous êtes né ?
- à Angoulême ... "
Et Lucien donna le jour , le mois et l' année .
" Vous n' avez pas eu de patrimoine ?
- Aucun .
- Vous avez néanmoins fait , pendant un premier séjour à Paris , des dépenses considérables , relativement à votre peu de fortune ?

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 770