----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" En 182 ... , ce jeune homme est venu à Paris sans aucun moyen d' existence , à la suite de Mme la comtesse Sixte du Châtelet , alors Mme de Bargeton , cousine de Mme d' Espard .
" Ingrat envers Mme de Bargeton , il a vécu maritalement avec une demoiselle Coralie , décédée , actrice du Gymnase , qui a quitté pour lui M . Camusot , marchand de soieries de la rue des Bourdonnais .
" Bientôt , plongé dans la misère par l' insuffisance des secours que lui donnait cette actrice , il a compromis gravement son honorable beau - frère , imprimeur à Angoulême , en émettant de faux billets pour le paiement desquels David Séchard fut arrêté pendant un court séjour dudit Lucien à Angoulême .
" Cette affaire a déterminé la fuite de Rubempré , qui subitement a reparu à Paris avec l' abbé Carlos Herrera .
" Sans moyens d' existence connus , le sieur Lucien a dépensé , en moyenne , durant les trois premières années de son second séjour à Paris , environ trois cent mille francs qu' il n' a pu tenir que du soi - disant abbé Carlos Herrera , mais à quel titre ?
" Il a , en outre , récemment employé plus d' un million à l' achat de la terre de Rubempré pour obéir à une condition mise à son mariage avec Mlle Clotilde de Grandlieu . La rupture de ce mariage tient à ce que la famille Grandlieu , à laquelle le sieur Lucien avait dit tenir ces sommes de son beau - frère et de sa soeur , a fait prendre des informations auprès des respectables époux Séchard , notamment par l' avoué Derville , et non seulement ils ignoraient ces acquisitions , mais encore ils croyaient Lucien excessivement endetté .
" D' ailleurs la succession recueillie par les époux Séchard consiste en immeubles ; et l' argent comptant , suivant leur déclaration , montait à peine à deux cent mille francs .
" Lucien vivait secrètement avec Esther Gobseck , il est donc certain que toutes les profusions du baron de Nucingen , protecteur de cette demoiselle , ont été remises audit Lucien .
" Lucien et son compagnon le forçat ont pu se soutenir plus longtemps que Coignard en face du monde , en tirant leurs ressources de la prostitution de ladite Esther , autrefois fille soumise . "

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 725