----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

On entendit alors le galop de plusieurs chevaux , et la gendarmerie , au grand étonnement des deux dames , entoura le petit groupe .
" Que voulez - vous ? ... dit Lucien avec l' arrogance du dandy .
- Vous êtes M . Lucien Chardon de Rubempré ? dit le procureur du Roi de Fontainebleau .
- Oui , monsieur .
- Vous irez coucher ce soir à la Force , répondit - il , j' ai un mandat d' amener décerné contre vous .
- Qui sont ces dames ? ... s' écria le brigadier .
- Ah ! oui , pardon , mesdames , vos passeports ? car M . Lucien a , selon mes instructions , des accointances avec des femmes qui pour lui sont capables de ...
- Vous prenez la duchesse de Lenoncourt - Chaulieu pour une fille ? dit Madeleine en jetant un regard de duchesse au procureur du Roi .
- Vous êtes assez belle pour cela , répliqua finement le magistrat .
- Baptiste , montrez nos passeports , répondit la jeune duchesse en souriant .
- Et de quel crime est accusé monsieur ? dit Clotilde que la duchesse voulait faire remonter en voiture .
- De complicité dans un vol et un assassinat " , répondit le brigadier de la gendarmerie .
Baptiste mit Mlle de Grandlieu complètement évanouie dans la berline .
à minuit , Lucien entrait à la Force , prison située rue Payenne et rue des Ballets , où il fut mis au secret ; l' abbé Carlos Herrera s' y trouvait depuis son arrestation .
Paris , juin 1843 .
SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 696