----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Non , dit Corentin , il est venu du boulevard ici rapidement , et il a trouvé sa fille violée ... - Voilà le vrai poison , s' il aimait sa fille , dit Bianchon .
- Quel serait le poison qui pourrait produire cet effet - là ? demanda Corentin sans abandonner son idée .
- Il n' y en a qu' un , dit Desplein après avoir examiné tout avec soin . C' est un poison de l' archipel de Java , pris à des arbustes assez peu connus encore , de la nature des Strychnos , et qui servent à empoisonner ces armes si dangereuses ... les kris malais ... On le dit , du moins ... "
Le commissaire de police arriva , Corentin lui fit part de ses soupçons , le pria de rédiger un rapport en lui disant dans quelle maison et avec quels gens Peyrade avait soupé ; puis il l' instruisit du complot formé contre les jours de Peyrade et des causes de l' état où se trouvait Lydie .
Après , Corentin passa dans l' appartement de la pauvre fille où Desplein et Bianchon examinaient la malade ; mais il les rencontra sur le pas de la porte .
" Eh bien , messieurs ! demanda Corentin .
- Placez cette fille - là dans une maison de santé , si elle ne recouvre pas la raison en accouchant , si toutefois elle devient grosse , elle finira ses jours folle mélancolique . Il n' y a pas , pour la guérison , d' autre ressource que dans le sentiment maternel , s' il se réveille ... "
Corentin donna quarante francs en or à chaque docteur , et se tourna vers le commissaire de police , qui le tirait par la manche .
" Le médecin prétend que la mort est naturelle , dit le fonctionnaire , et je puis d' autant moins faire un rapport qu' il s' agit du père Canquoëlle , il se mêlait de bien des affaires , et nous ne saurions pas trop à qui nous nous attaquerions ... Ces gens - là meurent souvent par ordre ...
- Je me nomme Corentin " , dit Corentin à l' oreille du commissaire de police .
Le commissaire laissa échapper un mouvement de surprise .
" Donc , faites une note , reprit Corentin , elle sera très utile plus tard , et ne l' envoyez qu' à titre de renseignements confidentiels . Le crime est improuvable , et je sais que l' instruction serait arrêtée au premier pas ... Mais je livrerai quelque jour les coupables , je vais les surveiller et les prendre en flagrant délit .
"
Le commissaire de police salua Corentin et partit .
SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 682