----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Gare que ce ne soit à cause de la succession du père Séchard , dit Cachan . Il a fait des affaires véreuses , le bonhomme ! ... "
En entrant , Corentin et Derville , après avoir salué la compagnie et décliné leurs noms , demandèrent à parler en particulier à Mme Séchard et à son mari .
" Volontiers , dit Séchard . Mais , est - ce pour affaires ?
- Uniquement pour la succession de monsieur votre père , répondit Corentin .
- Permettez alors que M . le maire , qui est un ancien avoué d' Angoulême , assiste à la conférence .
- Vous êtes M . Derville ? ... dit Cachan en regardant Corentin .
- Non , monsieur , c' est monsieur , répondit Corentin en montrant l' avoué qui salua .
- Mais , dit Séchard , nous sommes en famille , nous n' avons rien de caché pour nos voisins , nous n' avons pas besoin d' aller dans mon cabinet où il n' y a pas de feu ... Notre vie est au grand jour ...
- Celle de monsieur votre père , dit Corentin , a eu quelques mystères que , peut - être , vous ne seriez pas bien aise de publier .
- Est - ce donc une chose qui puisse nous faire rougir ? ... dit Eve effrayée .
- Oh ! non , c' est une peccadille de jeunesse , dit Corentin en tendant avec le plus grand sang - froid une de ses mille souricières . Monsieur votre père vous a donné un frère aîné ...
- Ah ! le vieil ours ! cria Courtois , il ne vous aimait guère , M . Séchard , et il vous a gardé cela , le sournois ... Ah ! je comprends maintenant ce qu' il voulait dire , quand il me disait : " Vous en verrez de belles lorsque je serai enterré ! "
- Oh ! rassurez - vous , monsieur , dit Corentin à Séchard en étudiant Eve par un regard de côté .
- Un frère ! s' écria le médecin , mais voilà votre succession partagée en deux ! ... "
Derville affectait de regarder les belles gravures avant la lettre qui se trouvaient exposées sur les panneaux du salon .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 670