----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Et où diable ce jeune homme aurait - il pris son argent ? ... L' anonyme aurait - il raison ? serait - ce la monnaie d' une belle fille ? dit Derville à Corentin en s' attablant pour dîner .
- Ah ! ce serait le sujet d' une autre enquête , dit Corentin . Lucien de Rubempré vit , m' a dit M . le duc de Chaulieu , avec une juive convertie , qui se faisait passer pour Hollandaise , et nommée Esther Van Bogseck .
- Quelle singulière coïncidence ! dit l' avoué , je cherche l' héritière d' un Hollandais appelé Gobseck , c' est le même nom avec un changement de consonnes
- Eh bien , dit Corentin , je vous aurai des renseignements sur la filiation à mon retour à Paris . "
Une heure après , les deux chargés d' affaires de la maison de Grandlieu partaient pour la Verberie , maison de M . et Mme Séchard . Jamais Lucien n' avait éprouvé des émotions aussi profondes que celles dont il fut saisi à la Verberie par la comparaison de sa destinée avec celle de son beau - frère .
Les deux Parisiens allaient y trouver le même spectacle qui , quelques jours auparavant , avait frappé Lucien .
Là tout respirait le calme et l' abondance . à l' heure où les deux étrangers devaient arriver , le salon de la Verberie était occupé par une société de cinq personnes : le curé de Marsac , jeune prêtre de vingt - cinq ans qui s' était fait , à la prière de Mme Séchard , le précepteur de son fils Lucien ; le médecin du pays , nommé M .
Marron ; le maire de la commune , et un vieux colonel retiré du service qui cultivait les roses dans une petite propriété , située en face de la Verberie , de l' autre côté de la route .
Tous les soirs d' hiver , ces personnes venaient faire un innocent boston à un centime la fiche , prendre les journaux ou rapporter ceux qu' ils avaient lus .
Quand M . et Mme Séchard achetèrent la Verberie , belle maison bâtie en tuffeau et couverte en ardoises , ses dépendances d' agrément consistaient en un petit jardin de deux arpents .
Avec le temps , en y consacrant ses économies , la belle Mme Séchard avait étendu son jardin jusqu' à un petit cours d' eau , en sacrifiant les vignes qu' elle achetait et les convertissant en gazons et en massifs .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 667