----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" Allons , se dit - il , il faut plier , je me vengerai plus tard , allons chez Corentin ... Voilà la première fois que nous trouvons des adversaires . Corentin laissera ce beau garçon libre de se marier avec des impératrices , s' il veut ... Ah ! je comprends que ma fille l' ait aimé à la première vue ... Oh ! le prêtre espagnol s' y connaît ... Du courage , papa Peyrade , dégorge ta proie ! " Le pauvre père ne se doutait pas du coup affreux qui l' attendait .
Arrivé chez Corentin , Bruno , le domestique de confiance qui connaissait Peyrade , lui dit : " Monsieur est parti ...
- Pour longtemps ?
- Pour dix jours ! ...
- Où ?
- Je ne sais pas ... "
" Oh ! mon Dieu , je deviens stupide ! je demande où ? ... comme si nous le leur disions " , pensa - t - il .
Quelques heures avant le moment où Peyrade allait être réveillé dans sa mansarde de la rue Saint - Georges , Corentin , venu de sa campagne de Passy , se présentait chez le duc de Grandlieu , sous le costume d' un valet de chambre de bonne maison .
à une boutonnière de son habit noir se voyait le ruban de la Légion d' honneur . Il s' était fait une petite figure de vieillard , à cheveux poudrés , très ridée , blafarde .
Ses yeux étaient voilés par des lunettes en écaille . Enfin il avait l' air d' un vieux chef de bureau . Quand il eut dit son nom ( M . de Saint - Denis ) , il fut conduit dans le cabinet du duc de Grandlieu , où il trouva Derville lisant la lettre qu' il avait dictée lui - même à l' un de ses agents , le Numéro chargé des Écritures .
Le duc prit à part Corentin pour lui expliquer tout ce que savait Corentin .
M . de Saint - Denis écouta froidement , respectueusement , en s' amusant à étudier ce grand seigneur , à pénétrer jusqu' au tuf vêtu de velours , à mettre à jour cette vie , alors et pour toujours , occupée de whist et de la considération de la maison de Grandlieu .
Les grands seigneurs sont si naïfs avec leurs inférieurs , que Corentin n' eut pas beaucoup de questions à soumettre humblement à M . de Grandlieu pour en faire jaillir des impertinences .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 662