----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

le duc de Chaulieu ! - Les gens de Mme la vicomtesse de Grandlieu ! " Lucien ne dit qu' un mot à son domestique : " Vite aux Italiens ! ... " Malgré sa prestesse , l' infortuné dandy ne put éviter le duc de Chaulieu et son fils le duc de Rhétoré , avec lesquels il fut forcé d' échanger des saluts , car ils ne lui dirent pas un mot . Une grande catastrophe à la cour , la chute d' un favori redoutable est souvent consommée au seuil d' un cabinet par le mot d' un huissier à visage de plâtre .
" Comment faire savoir ce désastre à l' instant à mon conseiller ? s' était dit Lucien en allant aux Italiens . Que se passe - t - il ? ... " Il se perdait en conjectures . Voici ce qui venait d' avoir lieu .
Le matin même , à onze heures , le duc de Grandlieu avait dit , en entrant dans le petit salon où l' on déjeunait en famille , à Clotilde après l' avoir embrassée : " Mon enfant , jusqu' à nouvel ordre ne t' occupe plus du sire de Rubempré .
" Puis il avait pris la duchesse par la main et l' avait emmenée dans une embrasure de croisée , pour lui dire quelques mots à voix basse qui firent changer de couleur la pauvre Clotilde .
Mlle de Grandlieu observait sa mère écoutant le duc , et elle lui vit sur la figure une vive surprise . " Jean , avait dit le duc à l' un des domestiques , tenez , portez ce petit mot à M .
le duc de Chaulieu , priez - le de vous donner réponse par oui ou non . - Je l' invite à venir dîner avec nous aujourd' hui " , dit - il à sa femme . Le déjeuner avait été profondément triste .
La duchesse parut pensive , le duc sembla fâché contre lui - même , et Clotilde eut beaucoup de peine à retenir ses larmes . " Mon enfant , votre père a raison , obéissez - lui , avait dit d' une voix attendrie la mère à sa fille .
Je ne puis vous dire comme lui : " Ne pensez pas à Lucien ! " Non , je comprends ta douleur . ( Clotilde baisa la main de sa mère . ) Mais je te dirai , mon ange : " Attends sans faire une seule démarche , souffre en silence , puisque tu l' aimes , et sois confiante en la sollicitude de tes parents ! " Les grandes dames , mon enfant , sont grandes parce qu' elles savent toujours faire leur devoir dans toutes les occasions , et avec noblesse .
- De quoi s' agit - il ? ... avait demandé Clotilde pâle comme un lys .
- De choses trop graves pour qu' on puisse t' en parler , mon coeur , avait répondu la duchesse ; car , si elles sont fausses , ta pensée en serait inutilement salie ; et si elles sont vraies , tu dois les ignorer .
" à six heures , le duc de Chaulieu était venu trouver dans son cabinet le duc de Grandlieu qui l' attendait .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 649