----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" Restez ici jusqu' à mon retour ; je vais à la préfecture , dit Carlos . Si vous ne me voyez pas , vous pourrez vous passer votre fantaisie . "
Après avoir dit ces mots à l' oreille de Peyrade afin de ne pas en démolir le personnage aux yeux de la femme de chambre , Carlos sortit , ne se souciant pas de rester sous le regard du nouveau venu , dans lequel il reconnut une de ces natures blondes , à oeil bleu , terribles à froid .
" C' est l' officier de paix que m' a envoyé le préfet , dit Peyrade à Corentin .
- çà ! répondit Corentin , tu t' es laissé mettre dedans . Cet homme a trois jeux de cartes dans ses souliers , cela se voit à la position du pied dans le soulier ; et d' ailleurs un officier de paix n' a pas besoin de se déguiser ! "
Corentin descendit avec rapidité pour éclaircir ses soupçons . Carlos montait en fiacre .
" Eh ! monsieur l' abbé ? ... " cria Corentin .
Carlos tourna la tête , vit Corentin , et monta dans son fiacre . Néanmoins Corentin eut le temps de dire par la portière : " Voilà tout ce que je voulais savoir . - Quai Malaquais ! " cria Corentin au cocher en mettant d' infernales railleries dans son accent et dans son regard .
" Allons , se dit Jacques Collin , je suis cuit , ils y sont , il faut les gagner de vitesse , et surtout savoir ce qu' ils nous veulent . "
Corentin avait vu cinq ou six fois l' abbé Carlos Herrera , et le regard de cet homme ne pouvait pas s' oublier . Corentin avait reconnu d' abord la carrure des épaules , puis les boursouflures du visage , et la tricherie des trois pouces obtenus par un talon intérieur .
" Ah ! mon vieux , l' on t' a fait poser ! dit Corentin en voyant qu' il n' y avait plus dans la chambre à coucher que Peyrade et Contenson .
- Qui ? s' écria Peyrade dont l' accent eut une vibration métallique , j' emploie mes derniers jours à le mettre sur un gril et à l' y retourner .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 638