----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" Lucien se trouvait encore à Marsac , chez sa soeur , Mme Séchard ; mais , dès qu' il fut revenu , Contenson envoya le portier quai Malaquais , demander à M . de Rubempré s' il consentait à vendre les meubles de l' appartement quitté par Mme Van Bogseck . Le portier reconnut alors dans Lucien l' amant mystérieux de la jeune veuve , et Contenson n' en voulait pas savoir davantage .
On doit juger de l' étonnement profond , quoique contenu , dont furent saisis Lucien et Carlos , qui parurent croire le portier fou ; ils essayèrent de le lui persuader .
En vingt - quatre heures , une contre - police fut organisée par Carlos , qui fit surprendre Contenson en flagrant délit d' espionnage . Contenson , déguisé en porteur de la Halle , avait déjà deux fois apporté les provisions achetées le matin par Asie , et deux fois il était entré dans le petit hôtel de la rue Saint - Georges .
Corentin , de son côté , se remuait ; mais la réalité du personnage de Carlos Herrera l' arrêta net , car il sut promptement que cet abbé , l' envoyé secret de Ferdinand VII , était venu vers la fin de l' année 1823 à Paris .
Néanmoins , Corentin dut étudier les raisons qui portaient cet Espagnol à protéger Lucien de Rubempré .
Il fut démontré bientôt à Corentin que Lucien avait eu pendant cinq ans Esther pour maîtresse . Ainsi la substitution de l' Anglaise à Esther avait eu lieu dans les intérêts du dandy .
Or Lucien n' avait aucun moyen d' existence , on lui refusait Mlle de Grandlieu pour femme , et il venait d' acheter un million la terre de Rubempré . Corentin fit mouvoir adroitement le directeur général de la police du royaume , à qui le préfet de police apprit , à propos de Peyrade , qu' en cette affaire les plaignants n' étaient rien moins que le comte de Sérizy et Lucien de Rubempré .
" Nous y sommes ! " s' étaient écriés Peyrade et Corentin .
Le plan des deux amis fut dessiné dans un moment . " Cette fille , avait dit Corentin , a eu des liaisons , elle a des amies . Parmi ces amies , il est impossible qu' il ne s' en trouve pas une dans le malheur ; un de nous doit jouer le rôle d' un riche étranger qui l' entretiendra ; nous les ferons camarader .
Elles ont toujours besoin les unes des autres pour le tric - trac des amants , et nous serons alors au coeur de la place .
" Peyrade pensa tout naturellement à prendre son rôle d' Anglais . La vie de débauche à mener , pendant le temps nécessaire à la découverte du complot dont il avait été la victime , lui souriait , tandis que Corentin , vieilli par ses travaux et assez malingre , s' en souciait peu .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 630