----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Oh ! reprit Esther , j' en avais à faire reculer un ministre des Finances . Maintenant , je veux trente mille francs de rente , avant le premier coup de minuit ! ... Oh ! il est charmant , je n' ai pas à me plaindre ... Il va bien ... Dans huit jours , nous pendons la crémaillère , tu en seras ... Le matin , il doit m' offrir le contrat de la maison de la rue Saint - Georges . Décemment , on ne peut pas habiter une pareille maison sans trente mille francs de rentes à soi , pour les retrouver en cas de malheur .
J' ai connu la misère , et je n' en veux plus . Il y a de certaines connaissances dont on a trop tout de suite .
- Toi qui disais : " La fortune c' est moi ! " comme tu as changé ! s' écria Suzanne .
- C' est l' air de la Suisse , on y devient économe ... Tiens , vas - y , ma chère ! fais - y un Suisse , et tu en feras peut - être un mari ! car ils ne savent pas encore ce que sont des femmes comme nous ... Dans tous les cas , tu en reviendras avec l' amour des rentes sur le Grand Livre un amour honnête et délicat ! Adieu .
"
Esther remonta dans sa belle voiture attelée des plus magnifiques chevaux gris pommelés qui fussent alors à Paris .
" La femme qui monte en voiture , dit alors Peyrade en anglais à Contenson , est bien , mais j' aime encore mieux celle qui se promène , tu vas la suivre et savoir qui elle est . "
" Voici ce que cet Anglais vient de dire en anglais " , dit Théodore Gaillard en répétant à Mme du Val - Noble la phrase de Peyrade .
Avant de se risquer à parler anglais , Peyrade avait lâché dans cette langue un mot qui fit faire à Théodore Gaillard un mouvement de physionomie par lequel il s' était assuré que le journaliste savait l' anglais .
Mme du Val - Noble alla dès lors très lentement chez elle , rue Louis - le - Grand , dans un hôtel garni décent , en regardant de côté pour voir si le mulâtre la suivait . Cet établissement appartenait à une Mme Gérard que , dans ses jours de splendeur , Mme du Val - Noble avait obligée , et qui lui témoignait de la reconnaissance en la logeant d' une façon convenable .
Cette bonne femme , bourgeoise honnête et pleine de vertus , pieuse même , acceptait la courtisane comme une femme d' un ordre supérieur ; elle la voyait toujours au milieu de son luxe , elle la prenait pour une reine déchue ; elle lui confiait ses filles ; et , chose plus naturelle qu' on ne le pense , la courtisane était aussi scrupuleuse en les menant au spectacle que le serait une mère , elle était aimée des deux demoiselles Gérard .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 627