----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" FRÉDÉRIC DE NUCINGEN . " " Eh ! il m' ennuie , ce pot à millions ! " s' écria Esther redevenue courtisane .
Elle prit du papier à poulet et écrivit , tant que le papier put la contenir , la célèbre phrase , devenue proverbe à la gloire de Scribe : Prenez mon ours .
Un quart d' heure après , saisie par le remords , Esther écrivit la lettre suivante .
" Monsieur le baron ,
" Ne faites pas la moindre attention à la lettre que vous avez reçue de moi , j' étais revenue à la folle nature de ma jeunesse ; pardonnez - la donc , monsieur , à une pauvre fille qui doit être une esclave .
Je n' ai jamais mieux senti la bassesse de ma condition que depuis le jour où je vous fus livrée . Vous avez payé , je me dois . Il n' y a rien de plus sacré que les dettes de déshonneur . Je n' ai pas le droit de liquider en me jetant dans la Seine .
On peut toujours payer une dette en cette affreuse monnaie , qui n' est bonne que d' un côté : vous me trouverez donc à vos ordres . Je veux payer dans une seule nuit toutes les sommes qui sont hypothéquées sur ce fatal moment , et j' ai la certitude qu' une heure de moi vaut des millions , avec d' autant plus de raison que ce sera la seule , la dernière .
Après , je serai quitte , et pourrai sortir de la vie .
Une honnête femme a des chances de se relever d' une chute ; mais , nous autres , nous tombons trop bas . Aussi ma résolution est - elle si bien prise que je vous prie de garder cette lettre en témoignage de la cause de la mort de celle qui se dit pour un jour ,
" Votre servante ,
" ESTHER . "
Cette lettre partie , Esther eut un regret . Dix minutes après , elle écrivit la troisième lettre que voici :
" Pardon , cher baron , c' est encore moi . Je n' ai voulu ni me moquer de vous ni vous blesser ; je veux seulement vous faire réfléchir sur ce simple raisonnement : si nous restons ensemble dans les relations de père à fille , vous aurez un plaisir faible , mais durable ; si vous exigez l' exécution du contrat , vous me pleurerez .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 603