----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

" L' huissier et le créancier sont là dans un fiacre , ils ont soif ! lui dit - elle , et il y a gras ! "
Pendant que Louchard comptait les fonds , Contenson put examiner les clients . Il aperçut les yeux de Carlos , distingua la forme du front sous la perruque , et cette perruque lui sembla justement suspecte ; il prit le numéro du fiacre , tout en paraissant totalement étranger à ce qui se passait ; Asie et Europe l' intriguaient au dernier point .
Il pensait que le baron était victime de gens excessivement habiles , avec d' autant plus de raison que Louchard , en réclamant ses soins , avait été d' une discrétion étrange .
Le croc - en - jambe d' Europe n' avait pas , d' ailleurs , frappé Contenson seulement au tibia . " C' est un coup qui sent son Saint - Lazare ! " s' était - il dit en se relevant .
Carlos renvoya l' huissier , le paya généreusement , et dit au fiacre en le payant : " Palais - Royal , au Perron !
- Ah ! le mâtin ! se dit Contenson qui entendit l' ordre , il y a quelque chose ! ... "
Carlos arriva au Palais - Royal d' un train à ne pas avoir à craindre d' être suivi . D' ailleurs , il traversa les galeries à sa manière , prit un autre fiacre sur la place du Château - d' Eau , en lui disant : " Passage de l' Opéra , du côté de la rue Pinon . " Un quart d' heure après , il entrait rue Taitbout .
En le voyant , Esther lui dit : " Voilà les fatales pièces ! "
Carlos prit les titres , les examina ; puis il alla les brûler au feu de la cuisine .
" Le tour est fait ! s' écria - t - il en montrant les trois cent dix mille francs roulés en un paquet qu' il tira de la poche de sa redingote . ça et les cent mille francs pincés par Asie nous permettent d' agir .
- Mon Dieu ! mon Dieu ! s' écria la pauvre Esther .
- Mais , imbécile , dit le féroce calculateur , sois ostensiblement la maîtresse de Nucingen , et tu pourras voir Lucien , il est l' ami de Nucingen , je ne te défends pas d' avoir une passion pour lui ! "
Esther aperçut une faible clarté dans sa vie ténébreuse , elle respira .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 584