----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Je n' ai pas de peine à croire que vous soyez fou de cette magnifique personne , elle m' a fait plaisir à voir , répondit Corentin . Lucien est si jaloux de cette fille qu' il lui défend de se montrer ; et il est bien aimé d' elle , car , depuis quatre ans qu' elle a succédé à la Bellefeuille , et dans son mobilier et dans son état , jamais les voisins , ni le portier , ni les locataires de la maison n' ont pu l' apercevoir .
L' infante ne se promène que la nuit .
Quand elle part , les stores de la voiture sont baissés , et madame est voilée . Lucien n' a pas seulement des raisons de jalousie pour cacher cette femme : il doit se marier à Clotilde de Grandlieu , et il est le favori intime actuel de Mme de Sérizy .
Naturellement , il tient et à sa maîtresse d' apparat et à sa fiancée . Ainsi , vous êtes maître de la position , car Lucien sacrifiera son plaisir à ses intérêts et à sa vanité .
Vous êtes riche , il s' agit probablement de votre dernier bonheur , soyez généreux . Vous arriverez à vos fins par la femme de chambre .
Donnez une dizaine de mille francs à la soubrette , elle vous cachera dans la chambre à coucher de sa maîtresse ; et , pour vous , ça vaut bien ça ! "
Aucune figure de rhétorique ne peut peindre le débit saccadé , net , absolu de Corentin ; aussi le baron le remarquait - il en manifestant de l' étonnement , une expression qu' il avait depuis longtemps défendue à son visage impassible .
" Je viens vous demander cinq mille francs pour mon ami qui a laissé tomber cinq de vos billets de banque ... un petit malheur ! reprit Corentin avec le plus beau ton de commandement . Peyrade connaît trop bien son Paris pour faire des frais d' affiches , et il a compté sur vous .
Mais ceci n' est pas le plus important , dit Corentin en se reprenant de manière à ôter à la demande d' argent toute gravité . Si vous ne voulez pas avoir du chagrin dans vos vieux jours , obtenez à Peyrade la place qu' il vous a demandée , et vous pouvez la lui faire obtenir facilement .
Le directeur général de la Police du royaume a dû recevoir hier une note à ce sujet .
Il ne s' agit que d' en faire parler au préfet de police par Gondreville . Hé bien , dites à Malin , comte de Gondreville , qu' il s' agit d' obliger un de ceux qui l' ont su débarrasser de MM .
de Simeuse , et il marchera ...

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 549