----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Voilà par quels événements des hommes aussi forts que l' étaient , chacun dans leur sphère , Jacques Collin , Peyrade et Corentin arrivèrent à se trouver aux prises sur le même terrain , et à déployer leur génie dans une lutte où chacun combattit pour sa passion ou pour ses intérêts . Ce fut un de ces combats ignorés , mais terribles , où il se dépense en talent , en haine , en irritations , en marches et contremarches , en ruses , autant de puissance qu' il en faut pour établir une fortune .
Hommes et moyens , tout fut secret du côté de Peyrade , que son ami Corentin seconda dans cette expédition , une niaiserie pour eux .
Ainsi , l' histoire est muette à ce sujet , comme elle est muette sur les véritables causes de bien des révolutions .
Mais voici le résultat .
Cinq jours après l' entrevue de M . de Nucingen avec Peyrade aux Champs - Élysées , un matin , un homme d' une cinquantaine d' années , doué de cette figure de blanc de céruse que la vie du monde donne aux diplomates , habillé de drap bleu , d' une tournure assez élégante , ayant presque l' air d' un ministre d' État , descendit d' un cabriolet splendide en en jetant les guides à son domestique .
Il demanda si le baron de Nucingen était visible au valet qui se tenait sur une banquette du péristyle , et qui lui en ouvrit respectueusement la magnifique porte en glaces .
" Le nom de monsieur ? ... dit le domestique .
- Dites à M . le baron que je viens de l' Avenue Gabriel , répondit Corentin . S' il y a du monde , gardez - vous bien de prononcer ce nom - là tout haut , vous vous feriez mettre à la porte . "
Une minute après , le valet revint et conduisit Corentin dans le cabinet du baron , par les appartements intérieurs .
Corentin échangea son regard impénétrable contre un regard de même nature avec le banquier , et ils se saluèrent convenablement .
" Monsieur le baron , dit - il , je viens au nom de Peyrade ...
- Pien , fit le baron en allant pousser les verrous aux deux portes .
- La maîtresse de M . de Rubempré demeure rue Taitbout , dans l' ancien appartement de Mlle de Bellefeuille , l' ex - maîtresse de M . de Grandville , le procureur général .
- Ah ! si brès te moi , s' écria le baron , gomme c' ed trôle .
SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 548