----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Peyrade était , en effet , le seul agent qui pouvait faire impunément de la police pour le compte d' un particulier . Louis XVIII mort , Peyrade perdit non seulement toute son importance , mais encore les bénéfices de sa position d' Espion ordinaire de Sa Majesté . En se croyant indispensable , il avait continué son train de vie . Les femmes , la bonne chère et le Cercle des Étrangers avaient préservé de toute économie un homme qui jouissait comme tous les gens taillés pour les vices , d' une constitution de fer .
Mais , de 1826 à 1829 , près d' atteindre à soixante - quatorze ans , il enrayait selon son expression .
D' année en année , Peyrade avait vu son bien - être diminuant . Il assistait aux funérailles de la Police , il voyait avec chagrin le gouvernement de Charles X en abandonnant les bonnes traditions .
De session en session , la Chambre rognait les allocations nécessaires à l' existence de la Police , en haine de ce moyen de gouvernement et par parti pris de moraliser cette institution .
" C' est comme si l' on voulait faire la cuisine en gants blancs " , disait Peyrade à Corentin .
Corentin et Peyrade apercevaient 1830 dès 1822 . Ils connaissaient la haine intime que Louis XVIII portait à son successeur , ce qui explique son laisser - aller avec la branche cadette , et sans laquelle son règne et sa politique seraient une énigme sans mot .
En vieillissant , son amour pour sa fille naturelle avait grandi chez Peyrade . Pour elle , il s' était mis sous sa forme bourgeoise , car il voulait marier sa Lydie à quelque honnête homme . Aussi , depuis trois ans surtout , voulait - il se caser , soit à la préfecture de police , soit à la direction de la Police générale du royaume , dans quelque place ostensible , avouable .
Il avait fini par inventer une place dont la nécessité se ferait , disait - il à Corentin , sentir tôt ou tard .
Il s' agissait de créer à la préfecture de police un bureau dit de renseignements , qui serait un intermédiaire entre la Police de Paris proprement dite , la Police judiciaire et la Police du royaume , afin de faire profiter la direction générale de toutes ces forces disséminées .
Peyrade seul pouvait , à son âge , après cinquante - cinq ans de discrétion , être l' anneau qui rattacherait les trois polices , être enfin l' archiviste à qui la Politique et la Justice s' adresseraient pour s' éclairer en certains cas .
Peyrade espérait ainsi rencontrer , Corentin aidant , une occasion d' attraper une dot et un mari pour sa petite Lydie .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 535