----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

En entrant dans la cour de l' hôtel où se trouvait la légitimation de ses vanités , il se disait avec amertume , en pensant à la délibération de Trompe - la - Mort : " J' entends tout craquer sous mes pieds ! " Il aimait Esther , et il voulait Mlle de Grandlieu pour femme ! Étrange situation ! Il fallait vendre l' une pour avoir l' autre .
Un seul homme pouvait faire ce trafic sans que l' honneur de Lucien en souffrît , cet homme était le faux Espagnol : ne devaient - ils pas être aussi discrets l' un que l' autre , l' un envers l' autre ? On n' a pas dans la vie deux pactes de ce genre où chacun est tour à tour dominateur et dominé .
Lucien chassa les nuages qui obscurcissaient son front , il entra gai , radieux dans les salons de l' hôtel de Grandlieu . En ce moment , les fenêtres étaient ouvertes , les senteurs du jardin parfumaient le salon , la jardinière qui en occupait le milieu offrait aux regards sa pyramide de fleurs .
La duchesse , assise dans un coin , sur un sofa , causait avec la duchesse de Chaulieu . Plusieurs femmes composaient un groupe remarquable par diverses attitudes empreintes des différentes expressions que chacune d' elles donnait à une douleur jouée .
Dans le monde , personne ne s' intéresse à un malheur ni à une souffrance , tout y est parole .
Les hommes se promenaient dans le salon , ou dans le jardin . Clotilde et Joséphine s' occupaient autour de la table à thé . Le vidame de Pamiers , le duc de Grandlieu , le marquis d' Ajuda - Pinto , le duc de Maufrigneuse , faisaient leur wisk dans un coin .
Quand Lucien fut annoncé , il traversa le salon et alla saluer la duchesse , à laquelle il demanda raison de l' affliction peinte sur son visage .
" Mme de Chaulieu vient de recevoir une affreuse nouvelle : son gendre , le baron de Macumer , l' ex - duc de Soria , vient de mourir . Le jeune duc de Soria et sa femme , qui étaient allés à Chantepleurs y soigner leur frère , ont écrit ce triste événement . Louise est dans un état navrant .
- Une femme n' est pas deux fois aimée dans sa vie comme Louise l' était par son mari , dit Madeleine de Mortsauf .
- Ce sera une riche veuve , reprit la vieille duchesse d' Uxelles en regardant Lucien dont le visage garda son impassibilité .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 510