----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

D' ailleurs , laisse - moi faire , tu n' as pas l' ennui de penser à tout : ça me regarde . Seulement tu te passeras d' Esther pour une semaine ou deux , et tu n' en iras pas moins rue Taitbout . Allons , va roucouler sur ta planche de salut , et joue bien ton rôle , glisse à Clotilde la lettre incendiaire que tu as écrite ce matin , et rapporte - m' en une un peu chaude ! elle se dédommage de ses privations par l' écriture , cette fille : ça me va ! Tu retrouveras Esther un peu triste , mais dis - lui d' obéir .
Il s' agit de notre livrée de vertu , de nos casaques d' honnêteté , du paravent derrière lequel les grands cachent toutes leurs infamies ... Il s' agit de mon beau moi , de toi qui ne dois jamais être soupçonné .
Le hasard nous a mieux servis que ma pensée , qui , depuis deux mois , travaillait dans le vide .
"
En jetant ces terribles phrases une à une , comme des coups de pistolet , Carlos Herrera s' habillait et se disposait à sortir .
" Ta joie est visible , s' écria Lucien , tu n' as jamais aimé la pauvre Esther , et tu vois arriver avec délices le moment de te débarrasser d' elle .
- Tu ne t' es jamais lassé de l' aimer , n' est - ce pas ? ... eh bien , je ne me suis jamais lassé de l' exécrer . Mais n' ai - je pas agi toujours comme si j' étais attaché sincèrement à cette fille , moi qui , par Asie , tenais sa vie entre mes mains ! Quelques mauvais champignons dans un ragoût , et tout eût été dit ... Mlle Esther vit , cependant ! ... elle est heureuse ... sais - tu pourquoi ? parce que tu l' aimes ! Ne fais pas l' enfant .
Voici quatre ans que nous attendons un hasard pour ou contre nous , eh bien , il faut déployer plus que du talent pour éplucher le légume que nous jette aujourd' hui le sort : il y a dans ce coup de roulette du bon et du mauvais , comme dans tout .
Sais - tu à quoi je pensais au moment où tu es entré ?
- Non ...
- à me rendre , ici comme à Barcelone , héritier d' une vieille dévote , à l' aide d' Asie ...
- Un crime ? . . .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 501