----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

- Il vaut mieux s' en faire un ami , car il est redoutable , dit Rastignac .
- Lui ? dit de Marsay . Je ne reconnais de redoutable que les gens dont la position est claire , et la sienne est plus inattaquée qu' inattaquable ! Voyons ! de quoi vit - il ? D' où lui vient sa fortune ? il a , j' en suis sûr , une soixantaine de mille francs de dettes .
- Il a trouvé dans un prêtre espagnol un protecteur fort riche , et qui lui veut du bien , répondit Rastignac .
- Il épouse Mlle de Grandlieu l' aînée , dit Mlle des Touches .
- Oui , mais , dit le chevalier d' Espard , on lui demande d' acheter une terre d' un revenu de trente mille francs pour assurer la fortune qu' il doit reconnaître à sa future , et il lui faut un million , ce qui ne se trouve sous le pied d' aucun Espagnol .
- C' est cher , car Clotilde est bien laide " , dit la baronne . Mme de Nucingen se donnait le genre d' appeler Mlle de Grandlieu par son petit nom , comme si elle , née Goriot , hantait cette société .
" Non , répliqua du Tillet , la fille d' une duchesse n' est jamais laide pour nous autres , surtout quand elle apporte le titre de marquis et un poste diplomatique ; mais le plus grand obstacle à ce mariage est l' amour insensé de Mme de Sérizy pour Lucien , elle doit lui donner beaucoup d' argent .
- Je ne m' étonne plus de voir Lucien si grave ; car Mme de Sérizy ne lui donnera certes pas un million pour épouser Mlle de Grandlieu . Il ne sait sans doute pas comment se tirer de cette position , reprit de Marsay .
- Oui , mais Mlle de Grandlieu l' adore , dit la comtesse de Montcornet , et , avec l' aide de la jeune personne , il aura peut - être de meilleures conditions .
- Que fera - t - il de sa soeur et de son beau - frère d' Angoulême ? demanda le chevalier d' Espard .
- Mais , répondit Rastignac , sa soeur est riche , et il l' appelle aujourd' hui Mme Séchard de Marsac .
- S' il y a des difficultés , il est bien joli garçon , dit Bianchon en se levant pour saluer Lucien .
- Bonjour , cher ami " , dit Rastignac en échangeant une chaleureuse poignée de main avec Lucien .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 496