----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

à la fin de la quinzaine , il perdit l' appétit . Delphine de Nucingen et sa fille Augusta , que la baronne commençait à montrer , ne s' aperçurent pas tout d' abord du changement qui se fit chez le baron . La mère et la fille ne voyaient M .
de Nucingen que le matin au déjeuner et le soir au dîner , quand ils dînaient tous à la maison , ce qui n' arrivait qu' aux jours où Delphine avait du monde . Mais , au bout de deux mois , pris par une fièvre d' impatience et en proie à un état semblable à celui que donne la nostalgie , le baron , surpris de l' impuissance du million , maigrit et parut si profondément atteint , que Delphine espéra secrètement devenir veuve .
Elle se mit à plaindre assez hypocritement son mari , et fit rentrer sa fille à l' intérieur .
Elle assomma son mari de questions ; il répondit comme répondent les Anglais attaqués du spleen , il ne répondit presque pas .
Delphine de Nucingen donnait un grand dîner tous les dimanches . Elle avait pris ce jour - là pour recevoir , après avoir remarqué que dans le grand monde , personne n' allait au spectacle , et que cette année était assez généralement sans emploi .
L' invasion des classes marchandes ou bourgeoises rend le dimanche presque aussi sot à Paris qu' il est ennuyeux à Londres .
La baronne invita donc l' illustre Desplein à dîner pour pouvoir faire une consultation malgré le malade , car Nucingen disait se porter à merveille . Keller , Rastignac , de Marsay , du Tillet , tous les amis de la maison avaient fait comprendre à la baronne qu' un homme comme Nucingen ne devait pas mourir à l' improviste ; ses immenses affaires exigeaient des précautions , il fallait savoir absolument à quoi s' en tenir .
Ces messieurs furent priés à ce dîner , ainsi que le comte de Gondreville , beau - père de François Keller , le chevalier d' Espard , des Lupeaulx , le docteur Bianchon , celui de ses élèves que Desplein aimait le plus , Beaudenord et sa femme , le comte et la comtesse de Montcornet , Blondet , Mlle des Touches et Conti ; puis enfin Lucien de Rubempré pour qui Rastignac avait , depuis cinq ans , conçu la plus vive amitié ; mais par ordre , comme on dit en style d' affiches .
" Nous ne nous débarrasserons pas facilement de celui - là , dit Blondet à Rastignac quand il vit entrer dans le salon Lucien plus beau que jamais et mis d' une façon ravissante .
SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 495