----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

De Marsay , ce type adopté par la jeunesse parisienne , n' apportait pas dans ses discours ou dans ses actions plus de mesure que n' en avait Lucien . Quant à de l' esprit , le journaliste avait fait ses preuves . De Marsay , à qui bien des gens opposaient Lucien avec complaisance en donnant la préférence au poète , eut la petitesse de s' en taquiner .
Lucien , très en faveur auprès des hommes qui exerçaient secrètement le pouvoir , abandonna si bien toute pensée de gloire littéraire , qu' il fut insensible aux succès de son roman , republié sous son vrai titre de L' Archer de Charles IX , et au bruit que fit son recueil de sonnets intitulé Les Marguerites vendu par Dauriat en une seule semaine .
" C' est un succès posthume " , répondit - il en riant à Mlle des Touches qui le complimentait .
Le terrible Espagnol maintenait sa créature avec un bras de fer dans la ligne au bout de laquelle les fanfares et les profits de la victoire attendent les politiques patients .
Lucien avait pris l' appartement de garçon de Beaudenord , sur le quai Malaquais , afin de se rapprocher de la rue Taitbout , et son conseil s' était logé dans trois chambres de la même maison , au quatrième étage .
Lucien n' avait plus qu' un cheval de selle et de cabriolet , un domestique et un palefrenier . Quand il ne dînait pas en ville , il dînait chez Esther .
Carlos Herrera surveillait si bien les gens au quai Malaquais , que Lucien ne dépensait pas en tout dix mille francs par an . Dix mille francs suffisaient à Esther , grâce au dévouement constant , inexplicable d' Europe et d' Asie .
Lucien employait d' ailleurs les plus grandes précautions pour aller rue Taitbout ou pour en sortir . Il n' y venait jamais qu' en fiacre , les stores baissés , et faisait toujours entrer la voiture .
Aussi , sa passion pour Esther et l' existence du ménage de la rue Taitbout entièrement inconnues dans le monde , ne nuisirent - elles à aucune de ses entreprises ou de ses relations ; jamais un mot indiscret ne lui échappa sur ce sujet délicat .
Ses fautes en ce genre avec Coralie , lors de son premier séjour à Paris , lui avaient donné de l' expérience . Sa vie offrit d' abord cette régularité de bon ton sous laquelle on peut cacher bien des mystères : il restait dans le monde tous les soirs jusqu' à une heure du matin , on le trouvait chez lui de dix heures à une heure après - midi ; puis il allait au bois de Boulogne et faisait des visites jusqu' à cinq heures .
On le voyait rarement à pied , il évitait ainsi ses anciennes connaissances .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 488