----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Et Carlos Herrera s' était donné corps et âme à la camarilla au moment où les Cortès ne paraissaient pas devoir être renversées . Pour le monde , cette conduite annonçait une âme supérieure . L' expédition du duc d' Angoulême avait eu lieu , le roi Ferdinand régnait , et Carlos Herrera n' allait pas réclamer le prix de ses services à Madrid . Défendu contre la curiosité par un silence diplomatique , il donna pour cause à son séjour à Paris sa vive affection pour Lucien de Rubempré , et à laquelle ce jeune homme devait déjà l' ordonnance du Roi relative à son changement de nom .
Herrera vivait d' ailleurs comme vivent traditionnellement les prêtres employés à des missions secrètes , fort obscurément . Il accomplissait ses devoirs religieux à Saint - Sulpice , ne sortait que pour affaires , toujours le soir et en voiture .
La journée était remplie pour lui par la sieste espagnole , qui place le sommeil entre les deux repas , et prend ainsi tout le temps pendant lequel Paris est tumultueux et affairé .
Le cigare espagnol jouait aussi son rôle , et consumait autant de temps que de tabac . La paresse est un masque aussi bien que la gravité , qui est encore de la paresse .
Herrera demeurait dans une aile de la maison , au second étage , et Lucien occupait l' autre aile . Ces deux appartements étaient à la fois séparés et réunis par un grand appartement de réception dont la magnificence antique convenait également au grave ecclésiastique et au jeune poète .
La cour de cette maison était sombre . De grands arbres touffus ombrageaient le jardin . Le silence et la discrétion se rencontrent dans les habitations choisies par les prêtres .
Le logement d' Herrera sera décrit en deux mots : une cellule . Celui de Lucien , brillant de luxe et muni des recherches du confort , réunissait tout ce qu' exige la vie élégante d' un dandy , poète , écrivain , ambitieux , vicieux , à la fois orgueilleux et vaniteux , plein de négligence et souhaitant l' ordre , un de ces génies incomplets qui ont quelque puissance pour désirer pour concevoir , ce qui est peut - être la même chose , mais qui n' ont aucune force pour exécuter .
à eux deux , Lucien et Herrera formaient un politique .
Là sans doute était le secret de cette union .
Les vieillards chez qui l' action de la vie s' est déplacée et s' est transportée dans la sphère des intérêts , sentent souvent le besoin d' une jolie machine , d' un acteur jeune et passionné pour accomplir leurs projets .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 473