----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Se faisait - il en elle un déplacement de la force vitale , et qui entraînait des souffrances nécessaires ? Tout est doute et ténèbres dans une situation que la science a dédaigné d' examiner en trouvant le sujet trop immoral et trop compromettant , comme si le médecin et l' écrivain , le prêtre et le politique n' étaient pas au - dessus du soupçon . Cependant un médecin arrêté par la mort a eu le courage de commencer des études laissées incomplètes .
Peut - être la noire mélancolie à laquelle Esther fut en proie , et qui obscurcissait sa vie heureuse , participait - elle de toutes ces causes ; et , incapable de les deviner , peut - être souffrait - elle comme souffrent les malades qui ne connaissent ni la médecine ni la chirurgie .
Le fait est bizarre . Une nourriture abondante et saine substituée à une détestable nourriture inflammatoire ne sustentait pas Esther .
Une vie pure et régulière , partagée en travaux modérés exprès et en récréations , mise à la place d' une vie désordonnée où les plaisirs étaient aussi horribles que les peines , cette vie brisait la jeune pensionnaire .
Le repos le plus frais , les nuits calmes qui remplaçaient des fatigues écrasantes et les agitations les plus cruelles , donnaient une fièvre dont les symptômes échappaient au doigt et à l' oeil de l' infirmière .
Enfin , le bien , le bonheur succédant au mal et à l' infortune , la sécurité à l' inquiétude , étaient aussi funestes à Esther que ses misères passées l' eussent été à ses jeunes compagnes .
Implantée dans la corruption , elle s' y était développée . Sa patrie infernale exerçait encore son empire , malgré les ordres souverains d' une volonté absolue .
Ce qu' elle haïssait était pour elle la vie , ce qu' elle aimait la tuait . Elle avait une si ardente foi que sa piété réjouissait l' âme . Elle aimait à prier . Elle avait ouvert son âme aux clartés de la vraie religion , qu' elle recevait sans efforts , sans doutes .
Le prêtre qui la dirigeait était dans le ravissement ; mais chez elle le corps contrariait l' âme à tout moment .
On prit des carpes à un étang bourbeux pour les mettre dans un bassin de marbre et dans de belles eaux claires , afin de satisfaire un désir de Mme de Maintenon qui les nourrissait des bribes de la table royale .
Les carpes dépérissaient . Les animaux peuvent être dévoués , mais l' homme ne leur communiquera jamais la lèpre de la flatterie . Un courtisan remarqua cette muette opposition dans Versailles .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 468