----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

bien placées , retroussées sur les bords . Sa bouche rouge et fraîche était une rose qu' aucune flétrissure ne déparait , les orgies n' y avaient point laissé de traces . Le menton , modelé comme si quelque sculpteur amoureux en eût poli le contour , avait la blancheur du lait . Une seule chose à laquelle elle n' avait pu remédier trahissait la courtisane tombée trop bas : ses ongles déchirés qui voulaient du temps pour reprendre une forme élégante , tant ils avaient été déformés par les soins les plus vulgaires du ménage .
Les jeunes pensionnaires commencèrent par jalouser ces miracles de beauté , mais elles finirent par les admirer .
La première semaine ne se passa point sans qu' elles se fussent attachées à la naïve Esther , car elles s' intéressèrent aux secrets malheurs d' une fille de dix - huit ans qui ne savait ni lire ni écrire , à qui toute science , toute instruction était nouvelle , et qui allait procurer à l' archevêque la gloire de la conversion d' une juive au catholicisme , au couvent la fête de son baptême .
Elles lui pardonnèrent sa beauté en se trouvant supérieures à elle par l' éducation .
Esther eut bientôt pris les manières , la douceur de voix , le port et les attitudes de ces filles si distinguées ; enfin elle retrouva sa nature première .
Le changement devint si complet que , à sa première visite , Herrera fut surpris , lui que rien au monde ne paraissait devoir surprendre , et les supérieures le complimentèrent sur sa pupille .
Ces femmes n' avaient jamais , dans leur carrière d' enseignement , rencontré naturel plus aimable , douceur plus chrétienne , modestie plus vraie , ni si grand désir d' apprendre .
Lorsqu' une fille a souffert les maux qui avaient accablé la pauvre pensionnaire et qu' elle attend une récompense comme celle que l' Espagnol offrait à Esther , il est difficile qu' elle ne réalise pas ces miracles des premiers jours de l' Église que les Jésuites renouvelèrent au Paraguay .
" Elle est édifiante " , dit la supérieure en la baisant au front .
Ce mot , essentiellement catholique , dit tout .
Pendant les récréations , Esther questionnait avec mesure ses compagnes sur les choses du monde les plus simples , et qui pour elle étaient comme les premiers étonnements de la vie pour un enfant . Quand elle sut qu' elle serait habillée de blanc le jour de son baptême et de sa première communion , qu' elle aurait un bandeau de satin blanc , des rubans blancs , des souliers blancs , des gants blancs ; qu' elle serait coiffée de noeuds blancs , elle fondit en larmes au milieu de ses compagnes étonnées .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 466