----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Il n' y a que les races venues des déserts qui possèdent dans l' oeil le pouvoir de la fascination sur tous , car une femme fascine toujours quelqu' un . Leurs yeux retiennent sans doute quelque chose de l' infini qu' ils ont contemplé . La nature , dans sa prévoyance , a - t - elle donc armé leurs rétines de quelque tapis réflecteur , pour leur permettre de soutenir le mirage des sables , les torrents du soleil et l' ardent cobalt de l' éther ? ou les êtres humains prennent - ils , comme les autres , quelque chose aux milieux dans lesquels ils se développent , et gardent - ils pendant des siècles les qualités qu' ils en tirent ? Cette grande solution du problème des races est peut - être dans la question elle - même .
Les instincts sont des faits vivants dont la cause gît dans une nécessité subie .
Les variétés animales sont le résultat de l' exercice de ces instincts .
Pour se convaincre de cette vérité tant cherchée , il suffit d' étendre aux troupeaux d' hommes l' observation récemment faite sur les troupeaux de moutons espagnols et anglais qui , dans les prairies de plaines où l' herbe abonde , paissent serrés les uns contre les autres , et se dispersent sur les montagnes où l' herbe est rare .
Arrachez à leur pays ces deux espèces de moutons , transportez - les en Suisse ou en France : le mouton de montagne y paîtra séparé , quoique dans une prairie basse et touffue ; les moutons de plaine y paîtront l' un contre l' autre , quoique sur une Alpe .
Plusieurs générations réforment à peine les instincts acquis et transmis .
à cent ans de distance , l' esprit de la montagne reparaît dans un agneau réfractaire , comme , après dix - huit cents ans de bannissement , l' Orient brillait dans les yeux et dans la figure d' Esther .
Ce regard n' exerçait point de fascination terrible , il jetait une douce chaleur , il attendrissait sans étonner , et les plus dures volontés se fondaient sous sa flamme .
Esther avait vaincue la haine , elle avait étonné les dépravés de Paris , enfin ce regard et la douceur de sa peau suave lui avaient mérité le surnom terrible qui venait de lui faire prendre sa mesure dans la tombe .
Tout , chez elle , était en harmonie avec ces caractères de la péri des sables ardents .
Elle avait le front ferme et d' un dessin fier . Son nez , comme celui des Arabes , était fin , mince , à narines ovales .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 465