----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Le Conseil municipal n' a pu rien faire encore pour laver cette grande léproserie , car la prostitution a depuis longtemps établi là son quartier général . Peut - être est - ce un bonheur pour le monde parisien que de laisser à ces ruelles leur aspect ordurier .
En y passant pendant la journée , on ne peut se figurer ce que toutes ces rues deviennent à la nuit ; elles sont sillonnées par des êtres bizarres qui ne sont d' aucun monde ; des formes à demi nues et blanches meublent les murs , l' ombre est animée .
Il se coule entre la muraille et le passant des toilettes qui marchent et qui parlent . Certaines portes entrebâillées se mettent à rire aux éclats . Il tombe dans l' oreille de ces paroles que Rabelais prétend s' être gelées et qui fondent .
Des ritournelles sortent d' entre les pavés . Le bruit n' est pas vague , il signifie quelque chose : quand il est rauque , c' est une voix ; mais s' il ressemble à un chant , il n' a plus rien d' humain , il approche du sifflement .
Il part souvent des coups de sifflet . Enfin les talons de botte ont je ne sais quoi de provocant et de moqueur .
Cet ensemble de choses donne le vertige . Les conditions atmosphériques y sont changées : on y a chaud en hiver et froid en été . Mais , quelque temps qu' il fasse , cette nature étrange offre toujours le même spectacle : le monde fantastique d' Hoffmann le Berlinois est là .
Le caissier le plus mathématique n' y trouve rien de réel après avoir repassé les détroits qui mènent aux rues honnêtes où il y a des passants , des boutiques et des quinquets .
Plus dédaigneuse ou plus honteuse que les reines et que les rois du temps passé , qui n' ont pas craint de s' occuper des courtisanes , l' administration ou la politique moderne n' ose plus envisager en face cette plaie des capitales .
Certes , les mesures doivent changer avec les temps , et celles qui tiennent aux individus et à leur liberté sont délicates ; mais peut - être devrait - on se montrer large et hardi sur les combinaisons purement matérielles , comme l' air , la lumière , les locaux .
Le moraliste , l' artiste et le sage administrateur regretteront les anciennes Galeries de bois du Palais - Royal , où se parquaient ces brebis qui viendront toujours où vont les promeneurs ; et ne vaut - il pas mieux que les promeneurs aillent où elles sont ? Qu' est - il arrivé ? Aujourd' hui les parties les plus brillantes des boulevards , cette promenade enchantée , sont interdites le soir à la famille .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 447