----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

En 1824 , au dernier bal de l' Opéra , plusieurs masques furent frappés de la beauté d' un jeune homme qui se promenait dans les corridors et dans le foyer , avec l' allure des gens en quête d' une femme retenue au logis par des circonstances imprévues . Le secret de cette démarche , tour à tour indolente et pressée , n' est connu que des vieilles femmes et de quelques flâneurs émérites . Dans cet immense rendez - vous , la foule observe peu la foule , les intérêts sont passionnés , le Désoeuvrement lui - même est préoccupé .
Le jeune dandy était si bien absorbé par son inquiète recherche , qu' il ne s' apercevait pas de son succès : les exclamations railleusement admiratives de certains masques , les étonnements sérieux , les mordants lazzis , les plus douces paroles , il ne les entendait pas , il ne les voyait point .
Quoique sa beauté le classât parmi ces personnages exceptionnels qui viennent au bal de l' Opéra pour y avoir une aventure , et qui l' attendent comme on attendait un coup heureux à la roulette quand Frascati vivait , il paraissait bourgeoisement sûr de sa soirée ; il devait être le héros d' un de ces mystères à trois personnages qui composent tout le bal masqué de l' Opéra , et connus seulement de ceux qui y jouent leur rôle ; car , pour les jeunes femmes qui viennent afin de pouvoir dire : J' ai vu ; pour les gens de province , pour les jeunes gens inexpérimentés , pour les étrangers , l' Opéra doit être alors le palais de la fatigue et de l' ennui .
Pour eux , cette foule noire , lente et pressée , qui va , vient , serpente , tourne , retourne , monte , descend , et qui ne peut être comparée qu' à des fourmis sur leur tas de bois , n' est pas plus compréhensible que la Bourse pour un paysan bas - breton qui ignore l' existence du Grand Livre .
à de rares exceptions près , à Paris , les hommes ne se masquent point : un homme en domino paraît ridicule .
En ceci le génie de la nation éclate .
Les gens qui veulent cacher leur bonheur peuvent aller au bal de l' Opéra sans y venir , et les masques absolument forcés d' y entrer en sortent aussitôt .
Un spectacle des plus amusants est l' encombrement que produit à la porte , dès l' ouverture du bal , le flot des gens qui s' échappent aux prises avec ceux qui y montent .
Donc , les hommes masqués sont des maris jaloux qui viennent espionner leurs femmes , ou des maris en bonne fortune qui ne veulent pas être espionnés par elles , deux situations également moquables .
Or , le jeune homme était suivi , sans qu' il le sût , par un masque assassin , gros et court , roulant sur lui - même comme un tonneau .

SPLEND COURTISANES (VI, paris)
Page: 430