----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Je me mis alors à fondre en larmes pendant si longtemps au - dessus du lit , que le chevet en fut mouillé . Les médecins dînaient , eux ! Me voyant seule , j' ai débarrassé mon enfant de tous les topiques de la médecine , je l' ai pris , quasi folle , entre mes bras , je l' ai serré contre ma poitrine , j' ai appuyé mon front à son front en priant Dieu de lui donner ma vie , tout en essayant de la lui communiquer .
Je l' ai tenu pendant quelques instants ainsi , voulant mourir avec lui pour n' en être séparée ni dans la vie ni dans la mort . Ma chère , j' ai senti les membres fléchir ; la convulsion a cédé , mon enfant a remué , les sinistres et horribles couleurs ont disparu ! J' ai crié comme quand il était tombé malade , les médecins ont monté , je leur ai fait voir Armand .
" Il est sauvé ! " s' est écrié le plus âgé des médecins .
Oh ! quelle parole ! quelle musique ! les cieux s' ouvraient . En effet , deux heures après , Armand renaissait ; mais j' étais anéantie , il a fallu , pour m' empêcher de faire quelque maladie , le baume de la joie .
O mon Dieu ! par quelles douleurs attachez - vous l' enfant à sa mère ? quels clous vous nous enfoncez au coeur pour qu' il y tienne ! N' étais - je donc pas assez mère encore , moi que les bégaiements et les premiers pas de cet enfant ont fait pleurer de joie ! moi qui l' étudie pendant des heures entières pour bien accomplir mes devoirs et m' instruire au doux métier de mère ! Était - il besoin de causer ces terreurs , d' offrir ces épouvantables images à celle qui fait de son enfant une idole ? Au moment où je t' écris , notre Armand joue , il crie , il rit .
Je cherche alors les causes de cette horrible maladie des enfants , en songeant que je suis grosse .
Est - ce la pousse des dents ? est - ce un travail particulier qui se fait dans le cerveau ? Les enfants qui subissent des convulsions ont - ils une imperfection dans le système nerveux ? Toutes ces idées m' inquiètent autant pour le présent que pour l' avenir .
Notre médecin de campagne tient pour une excitation nerveuse causée par les dents .
Je donnerais toutes les miennes pour que celles de notre petit Armand fussent faites .
Quand je vois une de ces perles blanches poindre au milieu de sa gencive enflammée , il me prend maintenant des sueurs froides .
L' héroïsme avec lequel ce cher ange souffre m' indique qu' il aura tout mon caractère ; il me jette des regards à fendre le coeur . La médecine ne sait pas grand - chose sur les causes de cette espèce de tétanos qui finit aussi rapidement qu' il commence , qu' on ne peut ni prévenir ni guérir .

DEUX JEUNES MARIEES (I, privé)
Page: 342