----- Revenir à l'écran précédent par la commande BACK -----

Voilà là - bas , à côté de Coralie , un jeune homme ... comment se nomme - t - il ? Lucien ! il est beau , il est poète , et , ce qui vaut mieux pour lui , homme d' esprit ; eh bien , il entrera dans quelques - uns de ces mauvais lieux de la pensée appelés journaux , il y jettera ses plus belles idées , il y desséchera son cerveau , il y corrompra son âme , il y commettra ces lâchetés anonymes qui dans la guerre des idées , remplacent les stratagèmes , les pillages , les incendies , les revirements de bord dans la guerre des condottieri .
Quand il aura , lui , comme mille autres , dépensé quelque beau génie au profit des actionnaires , ces marchands de poison le laisseront mourir de faim s' il a soif , et de soif s' il a faim .
- Merci , dit Finot .
- Mais , mon Dieu , dit Claude Vignon , je savais cela , je suis dans le bagne , et l' arrivée d' un nouveau forçat me fait plaisir . Blondet et moi , nous sommes plus forts que messieurs tels et tels qui spéculent sur nos talents , et nous serons néanmoins toujours exploités par eux .
Nous avons du coeur sous notre intelligence , il nous manque les féroces qualités de l' exploitant . Nous sommes paresseux , contemplateurs , méditatifs , jugeurs : on boira notre cervelle et l' on nous accusera d' inconduite !
- J' ai cru que vous seriez plus drôles , s' écria Florine .
- Florine a raison , dit Blondet , laissons la cure des maladies publiques à ces charlatans d' hommes d' État . Comme dit Charlet : Cracher sur la vendange ? jamais !
- Savez - vous de quoi Vignon me fait l' effet ? dit Lousteau en montrant Lucien , d' une de ces grosses femmes de la rue du Pélican , qui dirait à un collégien : Mon petit , tu es trop jeune pour venir ici y "
Cette saillie fit rire , mais elle plut à Coralie . Les négociants buvaient et mangeaient en écoutant .
" Quelle nation que celle où il se rencontre tant de bien et tant de mal ! dit le ministre au duc de Rhétoré . Messieurs , vous êtes des prodigues qui ne pouvez pas vous ruiner . "
Ainsi , par la bénédiction du hasard , aucun enseignement ne manquait à Lucien sur la pente du précipice où il devait tomber . D' Arthez avait mis le poète dans la noble voie du travail en réveillant le sentiment sous lequel disparaissent les obstacles .

ILLUSIONS PERDUES (V, provinc)
Page: 407